SAS baisse les salaires et réduit ses effectifs

lundi 12 novembre 2012 10h47
 

COPENHAGUE (Reuters) - SAS a annoncé lundi des suppressions de postes, des baisses de salaires et des cessions d'actifs dans le cadre d'un plan de restructuration présenté comme étant celui de la dernière chance.

En contrepartie de ces mesures, la compagnie aérienne scandinave, détenue à 50% par les Etats danois, norvégien et suédois, a obtenu auprès de ses banques une nouvelle facilité de crédit de quelque 3,5 milliards de couronnes suédoises (408 millions d'euros).

En raison notamment de la concurrence de compagnie aériennes à bas coûts, telles que Ryanair et Norwegian, SAS n'a pas pu dégager de bénéfice annuel depuis 2007.

"Ceci est vraiment notre dernière cartouche pour faire en sorte que SAS continue d'exister", a déclaré le directeur général de la compagnie Rickard Gustafson.

Vers 9h35 GMT, le titre SAS gagnait 3,88% à 6,70 couronnes alors que l'indice regroupant les valeurs européennes des loisirs et du transport aérien avançait de 0,2%.

SAS veut améliorer ses bénéfices de trois milliards de couronnes via les mesures de réduction de coûts, dont 800 suppressions de postes, et vendre des actifs pour trois milliards.

La facilité de crédit, fournie par sept banques ainsi que par les Etats danois, norvégien et suédois, est conditionnée par la signature d'accords avec les syndicats sur les suppressions de postes et les baisses de salaires et par le feu vert parlementaire là où c'est nécessaire.

SAS a dit qu'elle cédera sa filiale norvégienne Wideroe, des moteurs d'avions, des actifs immobilier et son unité Ground Handling.

DES EFFECTIFS QUI PASSERONT DE 15.000 À 9.000   Suite...

 
<p>SAS, compagnie a&eacute;rienne scandinave dont le Danemark, la Norv&egrave;ge et la Su&egrave;de d&eacute;tiennent ensemble 50% du capital, va baisser les salaires et vendre des actifs en &eacute;change de nouveaux pr&ecirc;ts consentis par les banques. /Photo d'archives/REUTERS/Johan Nilsson/Scanpix</p>