Le FSI pourrait co-investir avec la Libye dans Petroplus

samedi 10 novembre 2012 22h11
 

PARIS (Reuters) - Le Fonds souverain libyen envisage d'investir dans le secteur du raffinage en France et le Fonds stratégique d'investissement français pourrait intervenir à ses côtés comme partenaire minoritaire dans des projets rentables, a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg.

Dans une interview au Journal du Dimanche, il évoque le cas de la raffinerie en redressement judiciaire Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime, pour laquelle la Libyan Investment Authority vient d'adresser une lettre d'intérêt en vue d'une reprise éventuelle.

Le dossier devrait être évoqué lors d'une visite qu'effectue lundi en Libye Arnaud Montebourg en compagnie du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Prié de dire si une reprise de la raffinerie de Petit-Couronne par la Libye serait une bonne solution, Arnaud Montebourg répond : "Les majors du pétrole se désengagent du sol européen. Mais les pays producteurs ont à l'inverse intérêt à écouler et à faire raffiner leur or noir en Europe et nous avons intérêt à le faire ensemble pour maîtriser toute la chaîne pétrolière."

"Le fonds souverain de l'Etat libyen, Libyan Investment Authority, a exprimé un intérêt pour un éventuel investissement dans nos raffineries, à l'occasion de la procédure de liquidation de Petroplus", poursuit-il.

"Notre Fonds stratégique d'investissement pourrait intervenir à ses côtés comme partenaire minoritaire dans des projets rentables", dit encore Arnaud Montebourg, en indiquant que "cet engagement sur le sol français pourrait également trouver sa réciprocité sur le sol libyen".

Yann Le Guernigou, édité par Guy Kerivel

 
<p>Le site Petroplus de Petit-Couronne, en Seine-Maritime. Le Fonds souverain libyen envisage d'investir dans le secteur du raffinage en France et le Fonds strat&eacute;gique d'investissement fran&ccedil;ais pourrait intervenir &agrave; ses c&ocirc;t&eacute;s comme partenaire minoritaire dans des projets rentables, selon le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. /Photo prise le 24 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Philippe Wojazer</p>