Lafarge réduira sa dette en 2013

vendredi 9 novembre 2012 11h22
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Lafarge, numéro un mondial du ciment, a maintenu vendredi son objectif de réduction de sa dette en 2013 malgré un environnement économique qui s'annonce encore difficile, notamment en annonçant un nouveau plafonnement de ses investissements.

Le groupe, dont l'endettement hérité de l'acquisition de l'égyptien Orascom en 2008 lui a valu d'être déclassé l'an dernier en catégorie "junk" par les deux principales agences de notation, a confirmé qu'il comptait ramener sa dette nette sous la barre des dix milliards d'euros le plus tôt possible l'an prochain, sans préciser à quel moment de l'année.

La dette nette du groupe a diminué de 3% environ à 12,2 milliards d'euros entre le deuxième et le troisième trimestre, et de 14% sur un an. Sur l'ensemble de 2012, Lafarge l'attend en repli "significatif".

Pour atteindre son objectif en 2013 malgré un environnement qui s'annonce encore "difficile et contrasté" selon les zones géographiques, le groupe limitera à nouveau ses investissements à 800 millions d'euros, comme en 2012. Il pourrait également continuer à céder des actifs.

"Nous ne chiffrons pas les cessions pour 2013", a indiqué Bruno Lafont au cours d'une téléconférence avec les analystes. "Nous pourrions continuer de céder des actifs, mais ce qui est important, c'est que nous voulons réduire notre dette davantage par la génération de cash flow que par les désinvestissements."

Dans son communiqué de résultats, Lafarge a précisé que des cessions supplémentaires, au-delà de l'objectif d'un milliard d'euros annoncé pour 2012, pourraient en revanche l'amener à revoir à la hausse le niveau d'investissement envisagé pour 2013.

Vers 11h05, l'action Lafarge gagne 1,2% à 46,29 euros, après avoir ouvert en baisse sur des prises de bénéfices.

"La publication n'est en soi pas catastrophique même si l'on aurait aimé un peu plus", commente un trader. "Lafarge a publié des résultats en ligne, à peu près corrects", ajoute un autre.   Suite...

 
<p>Bruno Lafont, PDG de Lafarge. Le num&eacute;ro un mondial du ciment confirme ses objectifs pour 2012 et 2013 apr&egrave;s un troisi&egrave;me trimestre marqu&eacute; par une hausse de 4% de son chiffre d'affaires gr&acirc;ce &agrave; ses hausses de prix et &agrave; la demande des pays &eacute;mergents. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen</p>