Siemens porte à 6 milliards d'euros son objectif d'économies

jeudi 8 novembre 2012 15h23
 

par Maria Sheahan

BERLIN (Reuters) - Siemens a porté jeudi à six milliards d'euros son objectifs d'économies d'ici la fin de l'exercice fiscal 2014, le conglomérat industriel allemand s'employant à rester compétitif dans une conjoncture économique internationale déprimée.

Les analystes s'attendaient à ce que le groupe munichois, première capitalisation de la Bourse de Francfort, prenne des mesures pour réduire ses coûts de deux à quatre milliards d'euros dans les deux années à venir, tout en se recentrant sur ses activités les plus rentables.

Première capitalisation boursière allemande, Siemens, dont la gamme de produits va des trains à grande vitesse aux prothèses auditives en passant par les turbines à gaz, peine pour l'instant à combler l'écart qui le sépare de rivaux tels qu'ABB ou General Electric en termes de résultats financiers.

"Nous savons ce que nous avons à faire et nous nous y employons", a déclaré le président du directoire, Peter Löscher, dans un communiqué.

Il a ajouté que le groupe prévoyait de réduire ses effectifs, qui atteignent 410.000 personnes aujourd'hui dans le monde, mais sans préciser dans quelle proportion.

Son directeur financier a indiqué qu'il avait déjà provisionné plus de cent millions d'euros au titre des indemnités de départ.

L'action Siemens gagnait 3,67% à 81,74 euros à 13h00 GMT, la plus forte hausse de l'indice EuroStoxx 50, qui prenait 0,85%.

"Nous jugeons le programme d'économies significatif et crédible. C'est bien mieux que ce que beaucoup attendaient", a commenté Ben Uglow, analyste de Morgan Stanley.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident du directoire de Siemens, Peter L&ouml;scher. Le conglom&eacute;rat industriel allemand veut &eacute;conomiser six milliards d'euros d'ici la fin de l'exercice fiscal 2014, soit plus qu'on ne le pensait, Siemens s'employant &agrave; rester comp&eacute;titif dans une conjoncture &eacute;conomique internationale d&eacute;prim&eacute;e. /Photo prise le 8 novembre 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>