La Belgique et la France renflouent à nouveau Dexia

jeudi 8 novembre 2012 09h21
 

par Matthieu Protard

PARIS (Reuters) - La Belgique et la France ont annoncé jeudi qu'elles allaient réinjecter 5,5 milliards d'euros dans Dexia, dont les pertes se sont creusées au 3e trimestre du fait des cessions d'actifs engagées dans le cadre du démantèlement de la banque franco-belge.

Les gouvernements des deux pays ont précisé dans des communiqués qu'ils apporteraient respectivement 2,9 milliards d'euros et 2,6 milliards à l'ancien leader mondial du financement des collectivités locales, sous la forme d'actions de préférence.

Avec le Luxembourg, les deux Etats ont dans le même temps convenu de ramener à 85 milliards d'euros les garanties publiques dont bénéficient Dexia pour ses besoins de financement, contre 90 milliards précédemment.

"La clé de répartition (des garanties, NDLR) entre les Etats a été modifiée comme suit: 51,41% pour la Belgique, 45,59% pour la France et 3% pour le Luxembourg", précise Dexia.

La contribution de la Belgique, auparavant de 60,5%, s'en trouve ainsi réduite. Celle de la France était jusqu'ici de 36,5%.

La répartition des garanties accordées à Dexia a entraîné ces derniers mois de vives tensions entre la Belgique et la France. Les deux pays, qui s'efforcent de redresser leur situation budgétaire dans le contexte de crise de la dette au sein de la zone euro, se rejettent la responsabilité du naufrage de Dexia.

Les autorités belges demandaient ainsi à la France de supporter une plus grande part du fardeau financier. Les tensions entre les deux Etats ont entraîné cet été l'éviction du français Pierre Mariani, remplacé au poste de directeur général par le belge Karel de Boeck.

PERTES SUR LES CESSIONS   Suite...

 
<p>La France et la Belgique se sont mis d'accord pour une recapitalisation de la banque franco-belge Dexia &agrave; hauteur de 5,5 milliards d'euros. /Photo prise le 7 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>