Les marchés européens en baisse face aux futurs défis d'Obama

mercredi 7 novembre 2012 18h32
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en nette baisse mercredi, dans le sillage de Wall Street, déprimées à la fois par les défis qui attendent Barack Obama sitôt réélu et par les dernières prévisions économiques, pessimistes, de la Commission européenne.

En hausse le matin, les marchés se sont retournés à la baisse en début d'après-midi quand se confirmait la perspective d'une ouverture négative à Wall Street.

Après être monté jusqu'à 3.511 points, le Cac 40 parisien a fini en repli de 69,07 points, ou 1,99%, à 3.409,59. Le Dax-30 a cédé 1,96% à Francfort et le FTSE-100 1,58% à Londres. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a lâché 1,38% pour repasser sous les 1.100 points à 1.099,35 après fixing.

Au moment de la clôture européenne, le S&P-500 reculait de 2,6% à New York, passant sous les 1.400 points pour la première fois depuis le 4 septembre.

Les Bourses ont commencé à réduire leurs gains en réaction aux prévisions de la Commission européenne, qui attend une contraction de 0,4% du produit intérieur brut de la zone euro cette année et une croissance limitée à 0,1% en 2013. Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, y a ajouté du sien en évoquant une zone euro durablement affaiblie .

Et si la réélection de Barack Obama à la tête des Etats-Unis a ôté un facteur d'incertitude, les marchés s'inquiètent déjà des difficiles négociations budgétaires à venir, d'autant que la Chambre des Représentants n'a pas basculé du côté du président .

"Le fait que le scrutin s'était bien passé, avec un vainqueur incontesté, a permis aux marchés d'ouvrir en hausse", raconte Angus Campbell, analyste chez Capital Spreads à Londres. "Mais ensuite on a eu les prévisions revues en baisse pour la zone euro puis l'ouverture de Wall Street, avec ces craintes sur le budget qui reviennent sur le devant de la scène. D'où ce violent mouvement de vente".

"Ce n'est qu'un obstacle de franchi pour cette semaine très chargée", complète Alexandre Baradez, trader chez Saxo Banque, en citant la transition politique en Chine et les événements monétaires de jeudi - une importante adjudication obligataire en Espagne et la réunion mensuelle de la BCE. "Difficile dans ces conditions d'imaginer que les Bourses vont beaucoup monter à court terme".

Plus forte baisse du Cac et de l'EuroFirst 300, STMicroelectronics a plongé de 7,02% sur des prises de bénéfice. Fiat a lâché 6,65% et Deutsche Bank 4,42%.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>