Le rachat de Lacoste par Maus clôt une histoire familiale

mercredi 7 novembre 2012 16h06
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Sophie Lacoste a finalement jeté l'éponge, dans la bataille pour le contrôle de la célèbre marque au crocodile, mettant fin à une histoire familiale remontant à 1933.

Les déchirements entre actionnaires familiaux d'un des fleurons du prêt-à-porter français auront abouti, en l'espace de quelques semaines seulement, à sa prise de contrôle totale par le suisse Maus Frères.

Après l'étude de "différentes pistes", Sophie Lacoste-Dournel, présidente du conseil d'administration, et les actionnaires familiaux qu'elle représente ont annoncé mercredi leur décision de vendre à leur tour leur participation de 28% au groupe helvétique.

Visiblement émue, elle a expliqué, lors d'une conférence de presse, que cette décision avait été "très difficile et très douloureuse", mais que "c'était la seule qui puisse être prise pour la pérennité de l'entreprise et de ses salariés".

"Ces actions nous avaient été léguées par nos grands-parents, non pas dans un esprit de possession mais de transmission", a-t-elle ajouté.

La petite-fille du fondateur a précisé avoir envisagé "toutes les solutions possibles", mais que le niveau de valorisation offert par Maus était trop élevé.

"Nous aurions pu avoir des financements, mais avec des niveaux de rendements qui n'étaient pas acceptables (...) et qui pouvaient mettre les salariés en insécurité", a-t-elle poursuivi, ajoutant avoir voulu éviter une guerre actionnariale et opérationnelle.

Sophie Lacoste-Dournel, désignée présidente de l'entreprise par son conseil le 24 septembre, avait succédé à son père Michel dans des circonstances particulièrement houleuses et contestées par ce dernier.   Suite...