Vivendi attend 7 milliards d'euros de la vente de GVT

mercredi 7 novembre 2012 16h19
 

par Guillermo Parra-Bernal et Leila Abboud

SAO PAULO/PARIS (Reuters) - Vivendi espère récolter jusqu'à sept milliards d'euros grâce à la vente de sa filiale télécoms brésilienne GVT et a reçu des marques d'intérêt d'au moins quatre acheteurs potentiels, a-t-on appris de deux sources au fait du dossier.

Le mexicain America Movil, le groupe de télévision payante DirecTV, le brésilien Grupo Oi SA et Telecom Italia participent à des discussions préliminaires sur l'opérateur de téléphonie fixe, ont précisé les sources qui ont requis l'anonymat.

Plusieurs fonds d'investissement ont également exprimé un intérêt, a dit l'une des sources, sans donner plus de détails.

L'espagnol Telefonica, considéré comme un candidat potentiel par des analystes et des banquiers du fait de sa présence déjà établie au Brésil, ne fait en revanche pas partie des discussions.

Vivendi, qui a engagé depuis plusieurs mois une revue de sa structure susceptible de le conduire à des cessions, espère recevoir des offres fermes d'ici mars, ont dit les deux sources.

GVT, qui propose des services de téléphonie fixe, d'internet haut débit et de télévision payante dans 120 villes brésiliennes, est considéré comme l'une des pépites du conglomérat du fait de sa forte croissance ces dernières années.

Vivendi avait racheté l'entité en 2009 pour 2,9 milliards d'euros dans le cadre de la stratégie de développement dans les pays émergents.

Le conglomérat a pris la décision de la remettre en vente à l'été dans le cadre de la revue de son portefeuille qui rassemble des activités de télécoms et de médias sans forte synergies entre elles.   Suite...

 
<p>Jean-Francois Dubos, pr&eacute;sident du directoire de Vivendi. Le conglom&eacute;rat de t&eacute;l&eacute;coms, m&eacute;dias et divertissement esp&egrave;re r&eacute;colter jusqu'&agrave; 7 milliards d'euros gr&acirc;ce &agrave; la vente de sa filiale t&eacute;l&eacute;coms br&eacute;silienne GVT et aurait re&ccedil;u au moins quatre marques d'int&eacute;r&ecirc;t de la part d'acheteurs potentiels. /Photo prise le 30 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Mal Langsdon</p>