November 7, 2012 / 6:13 AM / in 5 years

BNP achève son plan d'adaptation, dope son résultat trimestriel

6 MINUTES DE LECTURE

<p>Lors d'une interview accord&eacute;e &agrave; Reuters Insider, Jean-Laurent Bonnaf&eacute;, administrateur et directeur g&eacute;n&eacute;ral de BNP Paribas, a d&eacute;clar&eacute; que la banque allait concentrer ses efforts sur les r&eacute;ductions de co&ucirc;ts durant les prochains mois pour s'adapter au ralentissement &eacute;conomique en cours en Europe. /Photo prise le 2 ao$ut 2012/Julien Muguet</p>

par Matthias Blamont et Lionel Laurent

PARIS (Reuters) - BNP Paribas a annoncé mercredi l'achèvement avec trois mois d'avance de son plan d'adaptation engagé l'an passé pour se conformer aux évolutions réglementaires et publié un résultat net en forte hausse au troisième trimestre, notamment grâce à une augmentation des revenus dans son activité de taux.

Vers 9h35, l'action BNP gagnait 3,76% à 40,59 euros après une pointe à 40,88 euros dans les premiers échanges à la Bourse de Paris. L'indice sectoriel des banques de la zone euro progressait de 1,04% au même instant.

"Les résultats sont meilleurs dans tous les domaines, toutes les divisions dépassent le consensus", a déclaré Pascal Decque, analyste chez Cheuvreux.

Dans une note de recherche, Nomura considère que la force du bilan de BNP constitue un élément positif pour la politique de dividende du groupe.

BNP a fait valoir que son ratio "common equity tier 1" sous Bâle III avait atteint 9,5% au 30 septembre, un pourcentage supérieur à un objectif initial de 9% et aux ratios affichés par d'autres banques concurrentes à la même date comme UBS ou Bank of America.

Le plan d'adaptation présenté au début de l'automne 2011 au plus fort de la crise de la dette souveraine prévoyait la baisse des besoins en dollars à hauteur de 65 milliards, la réduction des actifs pondérés des risques dans la banque d'investissement de 45 milliards d'euros et un ratio "common equity tier 1" renforcé de 100 points de base.

Lors d'une interview accordée à Reuters Insider, l'administrateur et directeur général de BNP, Jean-Laurent Bonnafé, a déclaré que ses équipes se concentreraient sur les réductions de coûts, et notamment en France, dans les mois à venir pour limiter les effets du ralentissement économique à l'oeuvre en Europe.

"Nous avons un contrôle des risques très performant et très strict et nous travaillons assez efficacement sur la base de coûts. Nous adaptons le modèle (de la banque de détail en France, NDLR)", a-t-il dit, sans préciser sur quelles mesures la banque travaillait actuellement.

Le dirigeant a estimé que les marchés "domestiques" de BNP(France, Belgique, Luxembourg et Italie) devraient afficher une performance "raisonnablement satisfaisante" au cours des trimestres à venir.

Jean-Laurent Bonnafé a également indiqué que les moyens de la banque d'investissement du groupe aux Etats-Unis seraient renforcés pour tirer avantage de la reprise économique attendue dans le pays.

En France, la réforme bancaire que le gouvernement présentera le 19 décembre devrait être favorable au modèle de "banque universelle", a-t-il dit.

Les banques françaises se sont mobilisées ces derniers mois pour défendre le modèle de banque universelle qui leur permet d'exercer l'ensemble des métiers de la finance, des activités de dépôts aux activités de marché en passant par l'assurance.

Hausse Des Frais De Gestion

Marqué par deux éléments exceptionnels, la réévaluation de la dette propre du groupe et l'amortissement de titres Fortis, le produit net bancaire de BNP recule de 3,4% sur la période juillet-septembre à 9,7 milliards d'euros. Les analystes interrogés par Reuters anticipaient en moyenne un PNB de 9,31 milliards.

En excluant ces deux éléments, les revenus des pôles opérationnels de la banque progressent de 8,4%.

L'activité de banque de détail affiche un recul de 0,5% dans les quatre pays "domestiques" de BNP (-2,1% en France), confirmant une tendance déjà observée au deuxième trimestre.

Les revenus des activités de taux, durement touchées au troisième trimestre 2011 du fait du retrait massif des fonds monétaires américains sur le marché interbancaire, sont en croissance de 38% à 1,13 milliard d'euros.

BNP a érigé l'obligataire en priorité ces dernières années à mesure que les activités traditionnelles de crédit contraignent les établissements à mettre de côté davantage de capital pour satisfaire aux exigences prudentielles.

UBS a dévoilé le 30 octobre un plan visant à cesser ses activités dans ce segment, une opportunité pour ses concurrentes françaises et européennes qui devraient logiquement chercher à renforcer leurs parts de marché au cours des prochaines semaines.

Deutsche Bank a fait état lors de la publication de ses comptes trimestriels d'une croissance de 67% de ses revenus sur le marché de la dette.

Le résultat net de BNP bénéficie d'un effet de base favorable et bondit de 144,7% à 1,32 milliard d'euros. Les analystes prévoyaient en moyenne 1,18 milliard.

Les frais de gestion du groupe augmentent toutefois de 7,5% à 6,6 milliards d'euros. En conséquence, le résultat brut d'exploitation chute de 20,3% à 3,1 milliards.

Edité par Jean-Michel Bélot

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below