M6 a souffert d'un marché publicitaire dégradé au 3e trimestre

mardi 6 novembre 2012 18h28
 

PARIS (Reuters) - Le groupe de télévision M6 a fait état mardi d'une baisse de ses revenus au troisième trimestre, pénalisé par un marché publicitaire dégradé sur fond de conjoncture économique morose en France.

Sa chaîne vedette M6 a vu ses recettes publicitaires reculer de 7,0% à 123,9 millions d'euros entre juillet et septembre, en dépit d'audiences restées globalement stables sur la période après plusieurs trimestres de progression.

La baisse n'épargne pas les chaînes numériques du groupe, dont la locomotive W9, qui ont également vu leurs recettes publicitaires reculer sur le trimestre.

Le groupe a été davantage touché par un recul en volume des investissements publicitaires sur la période que par une évolution défavorable des prix, précise-t-on chez M6.

Les chaînes gratuites, dont les ressources sont alimentées en grande partie par la publicité, sont particulièrement sensibles aux aléas de la conjoncture qui conduisent certains annonceurs à réduire leurs dépenses de communication.

L'économie française a affiché une croissance nulle au cours des trois derniers trimestres et de nombreux économistes s'attendent à ce qu'elle subisse une contraction au cours de la dernière partie de l'année.

Ce contexte morose a pesé sur l'activité du numéro trois mondial de la publicité, le français Publicis, qui a signé une croissance nettement plus faible que prévu au troisième trimestre.

Le concurrent de M6, TF1, doit quant à lui publier ses comptes trimestriels mardi la semaine prochaine.

En incluant l'ensemble des activités du groupe M6, présent notamment dans la vente à distance, les droits audiovisuels ou encore le football avec le club des Girondins de Bordeaux, le chiffre d'affaires s'est établi à 283 millions, contre 299 millions lors de la période correspondante l'an dernier.   Suite...

 
<p>Le groupe de t&eacute;l&eacute;vision M6 a fait &eacute;tat mardi d'une baisse de ses revenus au troisi&egrave;me trimestre, p&eacute;nalis&eacute; par un march&eacute; publicitaire d&eacute;grad&eacute; sur fond de conjoncture &eacute;conomique morose en France. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer</p>