L'Afrique sub-saharienne, nouvelle frontière de Pernod

mardi 6 novembre 2012 18h15
 

par Pascale Denis et Dominique Vidalon

PARIS (Reuters) - A l'heure où la croissance fléchit en Asie, Pernod Ricard met le cap sur l'Afrique sub-saharienne, dont il attend d'importants relais de croissance à long terme pour le whisky, mais aussi la vodka et le cognac.

Le numéro deux mondial des spiritueux derrière le britannique Diageo vient d'ouvrir, en l'espace de quatre mois, des bureaux commerciaux dans pas moins de six pays d'Afrique, au Ghana, Nigeria, Namibie, Angola, Kenya ainsi qu'au Maroc.

"Il s'agit certainement d'un prochain grand relais de croissance émergent (...) Nous avons clairement des objectifs en Afrique sub-saharienne", a déclaré à Reuters mardi Pierre Pringuet, directeur général du groupe, tout en ajoutant qu'il s'agissait d'un horizon de long terme.

"C'est un plan à dix ans", a-t-il dit.

Grâce à sa démographie extrêmement dynamique, à ses richesses naturelles en minerais et ressources énergétiques, L'Afrique offre un potentiel de croissance évident pour le propriétaire des whiskies Ballantine's, Chivas ou The Glenlivet, du cognac Martell ou de la vodka Absolut.

Comme dans nombre de pays émergents, l'acquisition d'un produit de marque y est synonyme de réussite sociale et le whisky est aussi la boisson la plus prisée sur le continent africain.

Le scotch whisky est l'alcool le plus vendu au monde en valeur. Il comptait pour 25% du marché mondial des marques internationales de spiritueux en 2011 devant la vodka (18%).

Le whisky assure environ un tiers des profits de Pernod Ricard, qui se fixe pour objectif de faire progresser le chiffre d'affaires de la catégorie de 9% à 10% par an sur le long terme.   Suite...