Alcatel songe à céder les câbles sous-marins et Entreprise

vendredi 2 novembre 2012 13h30
 

par Leila Abboud et Gwénaëlle Barzic

PARIS (Reuters) - Alcatel-Lucent réfléchit à céder son unité dédiée aux câbles sous-marins et son activité de fabrication d'équipements de téléphonie pour les entreprises dans le cadre de ses efforts pour tenter de renforcer son bilan, a-t-on appris de trois sources au fait du dossier.

Le groupe n'a pas mandaté de banques pour travailler sur ces opérations, ont précisé les sources, mais il a placé ces deux activités sous la supervision directe du directeur financier Paul Tufano en septembre car elles ont été identifiées comme de possibles candidates à une vente.

Les analystes de Goldman Sachs estiment dans une note datée du début du mois que la vente de ces deux actifs pourrait rapporter jusqu'à 400 millions d'euros mais l'une des sources a précisé que le montant pourrait se révéler "bien plus élevé", sans donner de chiffre précis.

Une troisième activité, Radio Frequency Systems (RFS), spécialisée dans les équipements destinés aux antennes pour réseaux de téléphonie mobile, est également l'objet de réflexion en vue d'une vente, ont dit deux des sources.

Alcatel-Lucent a fait savoir vendredi qu'il étudiait des options en vue de renforcer son bilan après avoir publié une perte d'exploitation pour le deuxième trimestre d'affilée, pénalisé par le recul des investissements des opérateurs télécoms qui affecte l'ensemble du secteur.

Lors d'une conférence téléphonique avec des journalistes, le directeur financier a précisé que le groupe étudiait plusieurs alternatives parmi lesquelles une restructuration de la dette ou une injection de liquidités, y compris via des cessions d'actifs.

Malgré la mise en oeuvre d'un nouveau plan de réduction de coûts incluant plus de 5.000 suppressions d'emplois, le groupe a encore brûlé 360 millions d'euros de trésorerie au troisième trimestre, portant sa consommation totale à 1,03 milliard depuis le début de l'année contre 978 millions lors de la période correspondante l'an dernier.

Cette consommation élevée de trésorerie, qui se répète depuis plusieurs années, inquiète le marché alors que le groupe doit rembourser environ 2,2 milliards d'euros de dettes jusqu'en 2015, selon des estimations d'analystes, avec une grosse échéance prévue début 2015.   Suite...