Recul quasi-général de l'activité industrielle en zone euro

vendredi 2 novembre 2012 14h08
 

par Jonathan Cable

LONDRES (Reuters) - L'activité manufacturière dans la zone euro s'est contractée pour le 15e mois consécutif en octobre, montrent les enquêtes mensuelles auprès des entreprises publiées vendredi, qui plaident en faveur d'un assouplissement supplémentaire de la politique de la Banque centrale européenne (BCE).

L'industrie avait été le principal moteur de la reprise après la récession de 2008-2009 mais la situation actuelle est différente, la baisse de l'activité dans les pays "périphériques" ayant entraîné ces derniers mois les pays du "coeur" que sont l'Allemagne et la France.

L'Europe devrait rester le premier frein à la croissance mondiale l'année prochaine en raison de son incapacité à se sortir de la crise de la dette souveraine.

L'Irlande est le seul des 17 pays de la zone euro à avoir renoué avec la croissance du secteur industriel.

"La situation dans les économies du coeur se dégrade. Au lieu que la vigueur du coeur tire la périphérie de la récession, il semble plus probable que le coeur va suivre la périphérie dans la récession", estime Ben May, de Capital Economics.

L'indice des directeurs d'achats (PMI) calculé par le cabinet d'études Markit a reculé à 45,4 en octobre contre 46,1 en septembre et 45,3 selon la première estimation publiée la semaine dernière.

Ce baromètre de l'activité industrielle se situe depuis août 2011 sous le seuil de 50 qui sépare la croissance de la contraction. Le sous-indice de la production est tombé à 45,0 contre 45,9.

En Allemagne, première économie de la zone euro, l'enquête PMI traduit un huitième mois de baisse de l'activité pour l'industrie et en France, le secteur s'est contracté au cours de 14 des 15 derniers mois.   Suite...

 
<p>L'activit&eacute; manufacturi&egrave;re dans la zone euro s'est contract&eacute;e pour le 15e mois cons&eacute;cutif en octobre, montrent les enqu&ecirc;tes mensuelles aupr&egrave;s des entreprises publi&eacute;es vendredi, qui plaident en faveur d'un assouplissement suppl&eacute;mentaire de la politique de la Banque centrale europ&eacute;enne (BCE). /Photo prise le 29 f&eacute;vrier 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>