Le marché de l'automobile poursuit sa descente aux enfers

vendredi 2 novembre 2012 12h54
 

par Jean-Michel Belot

PARIS (Reuters) - Les immatriculations de voitures neuves en France ont de nouveau fortement reculé le mois dernier en raison d'une conjoncture économique difficile, tout particulièrement celles du groupe Renault dont les immatriculations ont chuté de 26,4%, selon les chiffres publiés vendredi par le Comité des constructeurs français d'automobile (CCFA).

Ce recul, -13,3% sur les dix premiers mois de l'année (-13,7% à jours comparables), vient confirmer le pronostic livré par plusieurs constructeurs automobiles au Mondial de l'auto, fin septembre. Ceux-ci avaient dit observer une dégradation de la demande en France et en Europe depuis l'été, avec à la clé une détérioration des perspectives de marché au quatrième trimestre.

La variation en données corrigées des jours ouvrables est encore plus prononcée (-15,8% en octobre), le mois dernier ayant compté en effet 23 jours ouvrables, contre seulement 21 pour octobre 2011.

Plusieurs constructeurs ont ainsi décidé d'arrêter temporaires la production de leurs usines françaises pour éviter un coûteux gonflement de leurs stocks.

"C'est un marché qui se dégrade. On espère que l'arrivée de la (Renault) Clio 4 va stimuler la fin de l'année, avec la compétition avec la (Peugeot) 208, qui sont toujours les gros volumes du marché français", commente François Roudier, porte-parole du CCFA. "Nous espérons que notre prévision de baisse de 12% du marché sur l'année n'est pas trop optimiste", observe-t-il.

Le groupe Renault a vu ses immatriculations chuter de 26,4% en octobre, avec une dégringolade de 27,2% pour la marque au losange, qui ne bénéficie pas encore du soutien de la nouvelle Clio IV, présentée au Mondial, et une baisse de 22,6% pour sa marque low cost Dacia.

"Les résultats du mois d'octobre ne sont pas satisfaisants mais néanmoins conformes à nos estimations", a déclaré dans un communiqué Bernard Cambier, directeur commercial France de Renault, commentant les chiffres d'octobre.

Il a précisé que les ventes de voitures particulières et de véhicules utilitaires ne commenceraient à se redresser qu'à partir de décembre par rapport à l'année précédente.   Suite...

 
<p>IMMATRICULATIONS EN FRANCE</p>