Les fabricants de parfums redoutent une législation européenne

jeudi 1 novembre 2012 14h42
 

par Astrid Wendlandt

Paris (Reuters) - Les fabricants de parfums exhortent la Commission européenne de renoncer à adopter une nouvelle législation qui risque de restreindre les ingrédients naturels à l'origine d'allergies, qui pourrait selon eux menacer la fabrication des parfums de luxe, ont indiqué plusieurs sources industrielles.

Les fabricants de parfums haut de gamme redoutent d'être forcés par l'Union européenne (UE) à changer les formules de leurs fragrances, ce qui pourrait altérer la composition de parfums mondialement connu comme le N°5 de Chanel créé en 1921.

La Commission européenne pourrait décider de légiférer en suivant les recommandations publiées en juillet par le Comité scientifique pour la sécurité des consommateurs (SCCS).

Le comité a estimé entre 1% et 3% le nombre de personnes en Europe étant allergique ou potentiellement allergique aux ingrédients présents dans les parfums, une proportion assez élevée pour susciter des inquiétudes.

Il recommande ainsi de restreindre la concentration de 12 ingrédients à 0,01% du produit fini.

Sont concernés le citral présent dans les huiles de citron et de mandarine, la coumarine que l'on trouve dans les fèves des arbres tropicaux de Tonka, et l'eugénol, présent dans l'essence de rose.

Mais pour l'industrie des parfumeurs de luxe, qui pèse 24,3 milliards de dollars, une législation aurait pour conséquence de modifier l'odeur des plus grands parfums et de restreindre les créateurs de fragrances en limitant leur palette d'ingrédients.

"Cela serait la fin de parfums magnifiques si nous ne pouvons utiliser ces ingrédients", a dit à Reuters Françoise Montenay, présidente non exécutive de Chanel.   Suite...

 
<p>Les fabricants de parfums exhortent la Commission europ&eacute;enne de renoncer &agrave; adopter une nouvelle l&eacute;gislation qui risque de restreindre les ingr&eacute;dients naturels &agrave; l'origine d'allergies, qui pourrait selon eux menacer la fabrication des parfums de luxe. /Photo prise le 2 ao&ucirc;t 2012/REUTERS/Paulo Whitaker</p>