L'exécutif coincé entre rigueur et impopularité

samedi 27 octobre 2012 11h08
 

PARIS (Reuters) - Sanctionné pour sa politique d'austérité, le couple exécutif subit un effondrement de sa popularité, au risque d'être incité à freiner les réformes structurelles et de nuire à la signature de la France que la rigueur budgétaire a permis de protéger.

La volonté affichée par le gouvernement de réduire les déficits publics s'est jusqu'ici révélée payante sur les marchés financiers, lui permettant de bénéficier de coûts de financement à des plus bas record pour la France.

Le choix de recourir principalement aux hausses d'impôts pour respecter l'engagement de ramener le déficit public à 3% du produit intérieur brut fin 2013 se révèle en revanche coûteux politiquement.

"Il y a un vrai malus à l'austérité budgétaire dont souffre le gouvernement", note Pierre-Olivier Beffy, responsable des études économiques d'Exane BNP Paribas, en soulignant qu'avec une amélioration de plus de 35 milliards d'euros du solde budgétaire pour l'année prochaine, ce gouvernement est en train de faire davantage que le précédent.

"Le choc fiscal a aiguisé l'insatisfaction à l'égard d'un exécutif auquel l'opinion reprochait déjà de n'avoir pas répondu à ses attentes primordiales en termes d'emploi et de pouvoir d'achat" renchérit Frédéric Dabi, de l'institut de sondage Ifop. Il relativise toutefois sa chute de popularité, évoquant une phase de stabilisation après un fort recul.

CERCLE VICIEUX

François Hollande enregistre le taux d'adhésion le plus faible d'un président sous la Ve République après moins de six mois de mandat, sur fond de cafouillages gouvernementaux à répétition et de flottements autour du thème de la compétitivité en plein ralentissement de la croissance.

"Le gouvernement est un peu pris dans un cercle vicieux : d'un côté il met volontiers en avant ses faibles coûts de financement sur les marchés et justifie les hausses d'impôts par la nécessité de les préserver. Mais de l'autre, les augmentations d'impôt sont très impopulaires et risquent de l'empêcher de faire les réformes nécessaires pour la croissance", juge Nicolas Bouzou, économiste du cabinet Asterès.

A l'issue des dernières adjudications de dette à moyen et long terme de la semaine dernière, le taux moyen de financement (toutes maturités confondues) de la France est tombé à un nouveau plus bas record de 1,93% selon les dernières données de l'Agence France Trésor (AFT), qui gère la dette de l'Etat.   Suite...

 
<p>Francois Hollande et Jean-Marc Ayrault. Sanctionn&eacute; pour sa politique d'aust&eacute;rit&eacute;, le couple ex&eacute;cutif subit un effondrement de sa popularit&eacute;, au risque d'&ecirc;tre incit&eacute; &agrave; freiner les r&eacute;formes structurelles. /Photo prise le 22 juillet 2012/REUTERS/Jacques Brinon/Pool</p>