Wall Street finit en légère baisse après la Fed

mercredi 24 octobre 2012 22h36
 

par Caroline Valetkevitch

NEW YORK (Reuters) - Wall Street a accusé mercredi une deuxième séance consécutive de repli, toujours plombée par des résultats d'entreprise peu enthousiasmants alors que la Réserve fédérale a confirmé quasiment mot pour mot son nouveau plan de soutien à l'économie américaine annoncé en septembre.

L'indice Dow Jones des 30 industrielles a cédé 0,19%, soit 25,19 points, à 13.077,34 points. Le S&P-500, plus large, a perdu 4,36 points, soit 0,31%, à 1.408,75 points. Le Nasdaq Composite a reculé de son côté de 8,77 points (-0,29%) à 2.981,70 points.

Sans surprise, la Réserve fédérale américaine a confirmé son engagement à soutenir l'économie des Etats-Unis jusqu'à ce que la situation du marché du travail s'améliore significativement tout en constatant un mieux dans certains secteurs d'activité, notamment dans l'immobilier.

Dans un communiqué publié à l'issue de sa réunion de politique monétaire de deux jours, la Fed a également réaffirmé son intention de garder ses taux d'intérêt à un niveau proche de zéro jusqu'à la mi-2015, tout en s'engageant à maintenir ses mesures de soutien même en cas d'accélération de la reprise.

La Fed a annoncé en septembre un troisième programme d'assouplissement quantitatif (QE3) prenant la forme d'un rachat d'obligations adossées à des créances immobilières (MBS) de 40 milliards de dollars par mois, somme confirmée ce mercredi dans un communiqué peu différent de celui du mois dernier.

Wall Street a fait un bref mouvement de yo-yo autour de zéro après les déclarations de la Fed pour finalement repartir sur une tendance baissière, qui a vu le S&P 500, indice de référence des gérants de fonds, céder près de 3,5% sur les cinq dernières séances.

"Il s'agit d'un statu quo en termes de politique monétaire avec une élection présidentielle dans deux semaines. Il faut dire aussi que la Fed avait fait tellement d'annonces la dernière fois, 'QE3' et allongement de la durée pendant laquelle les taux resteront bas", a estimé John Canally, économiste chez LPL Financial.

Le compartiment immobilier, déjà galvanisé par un indicateur montrant que les ventes de logements neufs aux Etats-Unis avaient bondi de 5,7% en septembre, à leur rythme le plus élevé depuis près de deux ans et demi, a profité des déclarations de la Fed signalant la poursuite de l'amélioration du secteur.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES MARCH&Eacute;S AM&Eacute;RICAINS</p>