Mario Draghi défend la politique de la BCE au Bundestag

mercredi 24 octobre 2012 18h44
 

BERLIN (Reuters) - Le président de la Banque centrale européenne (BCE) Mario Draghi a ardemment défendu mercredi son programme de rachats de titres devant des parlementaires allemands, auxquels il a assuré que leurs craintes que les OMT alimentent l'inflation ou constituent un financement déguisé étaient infondées.

Mario Draghi s'est présenté souriant au Bundestag où il a été interrogé pendant deux heures et à huis clos sur le plan d'"Opérations monétaires sur titres" (OMT), pour lequel le président de la Bundesbank avait voté contre.

Selon une copie de son discours d'introduction transmise par la BCE, Mario Draghi, réfutant point par point les principales objections allemandes, a déclaré: "Tout d'abord, les OMT ne conduiront pas à un financement déguisé des gouvernements".

"Deuxièmement, les OMT ne compromettront pas l'indépendance de la BCE (...) Troisièmement, les OMT ne feront pas peser de risques excessifs sur les contribuables de la zone euro (...) Quatrièmement, les OMT ne créeront pas de l'inflation", a-t-il dit.

Le fait, inhabituel, que le président de la BCE se soit déplacé pour rencontrer des parlementaires nationaux souligne l'importance que revêt pour Mario Draghi le soutien de la classe politique de la première économie de la zone euro.

Son intervention devant les commissions du Budget, des Affaires européennes et des Affaires étrangères réunies s'est produite le jour même de la publication par Markit d'une enquête suggérant que l'Allemagne n'est plus épargnée par le ralentissement en zone euro. (voir )

Une poignée de manifestants issus du mouvement eurosceptique "Jeunes Entrepreneurs" ont protesté devant le Bundestag. Ils portaient des t-shirts rouges sur lesquels on pouvait lire "Otez vos mains des planches à billets, Monsieur Draghi!" et brandissaient des pancartes "BCE = Bad Bank".

"RIEN DE NOUVEAU"

Dévoilé en septembre, le plan de rachat de titres par la BCE est destiné à soutenir des pays de la zone euro en difficulté, comme l'Espagne, en réduisant leurs coûts de financement à la condition qu'ils demandent une aide et se soumettent à un strict contrôle budgétaire.   Suite...

 
<p>Le pr&eacute;sident de la Banque centrale europ&eacute;enne Mario Draghi a ardemment d&eacute;fendu mercredi son programme de rachats de titres devant des parlementaires allemands, auxquels il a assur&eacute; que leurs craintes que les "Op&eacute;rations mon&eacute;taires sur titres" (OMT) alimentent l'inflation ou constituent un financement d&eacute;guis&eacute; &eacute;taient infond&eacute;es. /Photo prise le 24 octobre 2012/REUTERS/Thomas Peter</p>