Wall Street frustrée par les progrès de General Motors

lundi 22 octobre 2012 08h40
 

par Ben Klayman

DETROIT (Reuters) - De nombreux analystes financiers recommandent d'acheter l'action General Motors, qui devrait bénéficier du renouvellement de la majeure partie de la gamme du constructeur automobile d'ici un an, mais GM n'en constitue pas moins un motif de frustration pour Wall Street.

Sauvé de la faillite par Washington en 2009 pour 50 milliards de dollars (38,4 milliards d'euros), le groupe souffre du désordre qui règne au sein de ses activités européennes, des craintes d'un ralentissement du marché chinois et du handicap que constitue pour beaucoup la présence de l'Etat à son capital.

Certains investisseurs aimeraient aussi voir le directeur général, Dan Akerson, améliorer ses relations avec les actionnaires et accélérer le changement de culture de l'entreprise, réputée pour sa rigidité.

Certes, l'action GM a gagné 21,3% depuis le début de l'année alors que l'indice Standard & Poor's 500 n'a progressé que de 14% sur la même période. Mais le titre, à 24,59 dollars en clôture vendredi soir, est encore loin de son prix de réintroduction en Bourse en 2010, fixé alors à 33 dollars.

"Les gens pensaient que cette nouvelle entreprise aurait une nouvelle énergie, un nouvel élan, mais on ne ressent ni l'un ni l'autre", estime Itay Michaeli, analyste de Citi, qui recommande néanmoins GM à l'achat, jugeant le titre sous-évalué.

La culture d'entreprise du groupe, marquée par l'arrogance et l'isolement, constitue un handicap supplémentaire aux yeux de certains investisseurs.

Des salariés ou ex-salariés de GM évoquent un encadrement trop nombreux et une bureaucratie trop lourde, une volonté de changement insuffisante, expliquant que GM semble être resté bloqué à l'époque où il dominait le marché automobile mondial.

La plupart des actionnaires estiment que le cours de GM profiterait d'une sortie de l'Etat du capital et certains investisseurs disent qu'il n'achèteront pas la valeur tant que le Trésor sera actionnaire.   Suite...

 
<p>De nombreux analystes financiers recommandent d'acheter l'action General Motors (GM), qui devrait b&eacute;n&eacute;ficier du renouvellement de la majeure partie de la gamme du constructeur automobile d'ici un an, mais GM n'en constitue pas moins un motif de frustration pour Wall Street. La plupart des actionnaires estiment notamment que le cours de GM profiterait d'une sortie de l'Etat du capital. /Photo d'archives/REUTERS/Jeff Kowalsky</p>