Rémy Cointreau ralentit fortement la cadence au 2e trimestre

jeudi 18 octobre 2012 12h16
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Rémy Cointreau a fait état jeudi d'un fort ralentissement de sa croissance organique ces trois derniers mois, sous l'effet d'un tassement de la dynamique du cognac en Asie et de la crise économique en Europe.

Les ventes du groupe ont totalisé 324,1 millions d'euros au cours de son deuxième trimestre clos à la fin septembre, signant une croissance organique de 5,3% nettement inférieure à la moyenne de 11% attendue par les analystes. Au premier trimestre, le chiffre d'affaires du numéro deux français des spiritueux derrière Pernod Ricard avait grimpé de 24,4%.

Ces chiffres ont été sanctionnés par le marché, l'action Rémy Cointreau accusant une chute de 6,1% à 81,91 euros à 11h40 et entraînant Pernod Ricard (-3,5%) dans son sillage.

Ce ralentissement s'explique principalement par un fort tassement de la croissance organique du cognac. Les ventes de Rémy Martin (202,3 millions d'euros) ont limité leur progression à 8%, après un bond de 37,8% au premier trimestre mais aussi une base de comparaison particulièrement élevée (+23%) l'an dernier.

Par comparaison, chez LVMH, la branche cognac (Hennessy) et spiritueux (Glenmorangie, Belvédère) a enregistré une croissance organique de 12% au cours des trois derniers mois, sur une base de comparaison nettement moins élevée.

Rémy Cointreau, qui avait averti que la croissance explosive de son cognac au premier trimestre ne pouvait se maintenir au même rythme, confirme cependant prévoir une amélioration "significative" de ses résultats financiers.

Rémy Martin pèse pour 60% des ventes et 80% des profits du groupe de spiritueux.

ATTENTISME EN CHINE   Suite...

 
<p>Jean-Marie Laborde, directeur g&eacute;n&eacute;ral de R&eacute;my Cointreau. Le num&eacute;ro deux fran&ccedil;ais des spiritueux signe une croissance organique de 5,3% au deuxi&egrave;me trimestre 2012-2013 - nettement inf&eacute;rieure &agrave; la moyenne de 11% attendue par les analystes - apr&egrave;s 24,4% au premier trimestre. /Photo d'archives/REUTERS/Philippe Wojazer</p>