François Hollande prône une stimulation de la demande dans l'UE

mercredi 17 octobre 2012 16h46
 

PARIS (Reuters) - François Hollande appelle les pays de la zone euro en situation d'excédent à stimuler leur demande intérieure par une augmentation des salaires et une baisse des prélèvements pour doper une croissance sans laquelle, estime-t-il, les efforts d'assainissement actuels risquent d'être vains.

Dans une interview accordée au Monde et à cinq autres journaux européens, le chef de l'Etat assigne à la France la mission de "porter ce compromis entre le désendettement et la croissance" dont il entend convaincre l'Allemagne, réticente à tout "feu de paille conjoncturel".

Soulignant la clarté de sa relation avec la chancelière allemande Angela Merkel, qui convient de la nécessité d'une politique de croissance mais n'en livre pas la même définition, le dirigeant socialiste se dit confiant dans leur capacité à parvenir au "meilleur point d'arrivée".

"Si nous ne donnons pas un nouveau souffle à l'économie européenne, les mesures de discipline ne pourront trouver de traduction effective", explique François Hollande.

"On ne peut pas infliger une peine à perpétuité à des nations qui ont déjà fait des sacrifices considérables, si les peuples ne constatent pas, à un moment, les résultats de leurs efforts", insiste-t-il en assurant de son soutien la Grèce, l'Espagne et le Portugal, soumis à une douloureuse austérité.

SOLIDARITÉ

Dans cette perspective, et au nom de la "solidarité" européenne, le président français exhorte "les pays qui sont en excédent" à "stimuler leur demande intérieure par une augmentation des salaires et une baisse des prélèvements".

Le ministère allemand de l'Economie a révisé mercredi à la baisse sa prévision de croissance pour 2013, de 1,6% à 1,0%, en invoquant notamment la crise de la dette souveraine en Europe.

Il a précisé que la situation du travail restait "très favorable" en Allemagne mais qu'elle montrait des signes de ralentissement. La consommation, a-t-il ajouté, reste "le pilier" de la croissance nationale.   Suite...

 
<p>Dans une interview sur sa vision de l'avenir de l'UE publi&eacute;e mercredi par Le Monde et cinq autres journaux europ&eacute;ens, Fran&ccedil;ois Hollande appelle les pays de la zone euro en situation d'exc&eacute;dent &agrave; stimuler leur demande int&eacute;rieure. Et ce, par le biais d'une augmentation des salaires et d'une baisse des pr&eacute;l&egrave;vements pour doper une croissance sans laquelle, estime-t-il, les efforts d'assainissement actuels risquent d'&ecirc;tre vains. /Photo prise le 30 juillet 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>