Le gouvernement ira au secours de la banque de PSA

mercredi 17 octobre 2012 15h24
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Le gouvernement s'est engagé mercredi à soutenir Banque PSA Finance, la filiale bancaire du groupe automobile PSA Peugeot Citroën confrontée à des problèmes de financement, tout en indiquant qu'il ne pouvait y avoir de garantie d'Etat sans contrepartie.

Banque PSA Finance (BPF), qui apporte des solutions de financement aux acheteurs ou aux concessionnaires de PSA, est en difficulté depuis l'abaissement de la note crédit de sa maison mère fin juillet, car elle se finance auprès des banques et sur les marchés et n'a pas d'activité de dépôt.

Le groupe PSA, à la suite de fuites dans la presse, a fait savoir mercredi matin qu'il étudiait plusieurs options pour aider sa filiale à trouver les financements nécessaires à son activité, un porte-parole précisant que "ni le principe, ni les modalités de ces solutions ne sont aujourd'hui arrêtées".

"Nous sommes en train de chercher des solutions qui permettront à cette banque de trouver les financements nécessaires", a dit de son côté le ministre de l'Economie Pierre Moscovici, lors d'une conférence de presse. "Tout cela sera très prochainement finalisé."

Le ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg a ajouté qu'"il ne peut pas y avoir de garantie d'Etat sans contrepartie".

Selon Le Figaro, l'État devrait apporter sa garantie aux nouveaux emprunts de BPF pour un montant de l'ordre de 4,0 milliards d'euros.

Une négociation syndicats-direction-Etat sur le plan de restructuration de PSA - qui prévoit notamment 8.000 nouvelles suppressions d'emplois en France et la fermeture de l'usine d'Aulnay-sous-Bois en 2014 - doit commencer le 25 octobre.

DIVERSIFIER LE FINANCEMENT   Suite...

 
<p>Fr&eacute;d&eacute;ric Saint-Geours, pr&eacute;sident du conseil de Banque PSA Finance. Un sauvetage de l'activit&eacute; bancaire du constructeur automobile est en n&eacute;gociation sous l'&eacute;gide du minist&egrave;re des Finances et du Tr&eacute;sor et avec les banques de la place, selon Le Figaro, qui pr&eacute;cise que les banques devraient s'engager &agrave; financer la filiale bancaire de PSA tandis que l'Etat apporterait sa garantie. /Photo d'archives/REUTERS/John Schults</p>