Ralentissement attendu de la croissance chinoise au 3e trimestre

mardi 16 octobre 2012 11h36
 

par Kevin Yao

PEKIN (Reuters) - L'économie chinoise a probablement connu au troisième trimestre sa croissance la plus faible depuis les trois premiers mois de 2009, ce qui renforce le scénario de nouvelles mesures de relance avant ou après le Congrès du PC chinois en novembre.

La statistique du produit intérieur brut (PIB) sera publiée jeudi. Selon l'estimation médiane de 26 économistes interrogés par Reuters, la croissance devrait avoir faibli à 7,4% en juillet-septembre, soit un septième trimestre consécutif de ralentissement, contre 7,6% en avril-juin.

Il s'agirait du chiffre le plus bas depuis le premier trimestre 2009 quand la croissance avait ralenti à 6,6%, mais les économistes s'attendent à la voir repartir en fin d'année, sous l'effet des mesures d'assouplissement monétaire déjà décidées par les autorités.

"L'impact des mesures activées depuis le deuxième trimestre ne se fera pas sentir dès le troisième trimestre", estime Lian Ping, de Bank of Communications à Shanghai. "Le gouvernement va probablement intensifier sa politique de réglage fin mais on n'attend pas de mesures agressives", ajoute-t-il.

Cette politique de réglage fin a vu la Banque populaire de Chine (BPC) réduire à deux reprises ses taux d'intérêt, en juin et juillet, et abaisser par trois fois, depuis novembre 2011, le ratio des réserves obligatoires des banques.

Le gouvernement a pendant ce temps lancé des projets d'infrastructures pour favoriser l'investissement, l'un des principaux moteurs de la deuxième économie mondiale.

Les dépenses d'investissement devraient avoir augmenté de 20,2% sur les neuf mois à septembre, contre 25% environ sur l'ensemble de 2011.

Le Premier ministre Wen Jiabao a toujours affirmé que le pays atteindrait son objectif d'une croissance du PIB de 7,5% pour l'ensemble de 2012. Le Fonds monétaire international a d'ailleurs une prévision légèrement supérieure, à 7,8%.   Suite...

 
<p>L'&eacute;conomie chinoise a probablement connu au troisi&egrave;me trimestre sa croissance la plus faible depuis les trois premiers mois de 2009. Selon les estimations d'&eacute;conomistes, la croissance devrait avoir faibli &agrave; 7,4% en juillet-septembre, soit un septi&egrave;me trimestre cons&eacute;cutif de ralentissement, contre 7,6% en avril-juin. /Photo d'archives/REUTERS/Joe Chan</p>