Un rapport prône un budget zone euro et des emprunts communs

vendredi 12 octobre 2012 15h42
 

par Luke Baker et John O'Donnell

BRUXELLES (Reuters) - La zone euro devrait envisager une mutualisation restreinte de la dette à court terme, ainsi qu'un budget distinct susceptible d'être mobilisé pour traiter les problèmes économiques propres à chaque pays, selon un rapport préparé en vue du Conseil européen des 18 et 19 octobre.

Ce document, dont Reuters a eu connaissance vendredi, ouvre la voie à une intégration budgétaire renforcée entre les dix-sept pays de la zone euro, qui peinent à enrayer la crise des dettes souveraines.

"A plus long terme, il y a une nécessité d'envisager... le développement progressif d'une capacité budgétaire de l'UEM (Union économique et monétaire)", lit-on dans ce texte préparé par le président du Conseil européen Herman Van Rompuy.

L'idée de Herman Van Rompuy, fermement soutenue par l'Allemagne, est qu'une forme de "capacité budgétaire" entre les pays de la zone euro leur permettrait d'homogénéiser les marchés du travail et autres déséquilibres sociaux-économiques.

Ce fonds pourrait être utilisé pour aider un pays comme l'Espagne, dont le taux de chômage atteint 25% et qui ne parvient pas à sortir de la récession. En contrepartie d'une rigueur budgétaire, la zone euro pourrait puiser dans cette manne pour fournir une assistance ciblée.

"L'une des fonctions de cette capacité budgétaire nouvelle serait de faciliter les ajustements à des chocs propres à tel ou tel pays en assurant un certain degré d'absorption au niveau central", ajoute le document, qui doit être finalisé en décembre.

L'Union européenne est actuellement dotée d'un budget annuel global de l'ordre de 130 milliards d'euros - soit 1% du PIB de l'UE - financé par ses 27 Etats, membres ou non de la zone euro. Il finance notamment la Politique agricole commune et des projets d'infrastructures et de recherches.

Mais il n'existe pas de budget spécifique aux 17 pays membres de la zone euro, une faille pour de nombreux économistes qui y voient l'une des raisons de la fragilité de l'union monétaire européenne.   Suite...

 
<p>Un rapport pr&eacute;par&eacute; par le pr&eacute;sident du Conseil europ&eacute;en Herman Van Rompuy en vue des r&eacute;unions des 18 et 19 octobre invite la zone euro &agrave; envisager une mutualisation restreinte de la dette &agrave; court terme, ainsi qu'un budget distinct susceptible d'&ecirc;tre mobilis&eacute; pour traiter les probl&egrave;mes &eacute;conomiques propres &agrave; chaque pays. /Photo d'archives/REUTERS/Leonhard Foeger</p>