Détente en vue pour les cours du pétrole, selon l'AIE

vendredi 12 octobre 2012 13h33
 

par Dmitry Zhdannikov et Christopher Johnson

LONDRES (Reuters) - Les cours du pétrole pourraient progressivement se détendre au cours des cinq prochaines années en raison notamment du ralentissement économique mondial et de la forte augmentation de la production en Irak et en Amérique du Nord, a annoncé vendredi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

L'agence, qui conseille les pays développés consommateurs, a réduit de 500.000 barils par jour (bpj) sa prévision de la demande mondiale entre 2011 et 2016, par rapport à sa précédente prévision en décembre 2011.

Par conséquent, les pressions sur l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) pour qu'elle augmente sa production devraient s'atténuer. L'organisation pourrait devoir réduire sa production à 31 millions bpj jusqu'à 2017 pour s'adapter à la demande. Les pays de l'Opep ont produit entre 31 et 32 millions bpj cette année.

"Les prévisions de croissance sur la période étudiée ont été réduites dans le contexte du problème persistant des dettes souveraines dans les pays de l'OCDE, et surtout dans la zone euro. Même la Chine, le principal moteur de croissance de la demande au cours de la dernière décennie, montre des signes de ralentissement", écrit l'AIE dans son rapport sur le marché pétrolier à moyen-terme.

"Ces indications suggèrent un relâchement des prix sur la période de prévision".

Vers 11h20 GMT, le cours du Brent cédait 0,40% à 115,25 dollars.

Dans son précédent rapport publié en décembre 2011, l'AIE disait attendre une croissance d'environ 8% de la demande mondiale entre 2010 et 2016 mais prévoyait que les tensions sur les marchés soient moindres que les années précédentes.

Dix mois plus tard, l'agence peint un tableau encore moins sombre, expliquant que la demande augmenterait de moins de 7% entre 2012 et 2017, année lors de laquelle elle devrait atteindre 95,7 millions bpj.   Suite...

 
<p>L'AIE a d&eacute;clar&eacute; vendredi que les cours du p&eacute;trole pourraient progressivement se d&eacute;tendre au cours des cinq prochaines ann&eacute;es en raison notamment du ralentissement &eacute;conomique mondial et de la forte augmentation de la production en Irak et en Am&eacute;rique du Nord. /Photo d'archives/REUTERS/Atef Hassan</p>