PPR nettoie ses comptes en se séparant de la Fnac

mardi 9 octobre 2012 20h12
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - En optant pour une scission de la Fnac, le groupe PPR poursuit une stratégie financière visant à réduire sa décote boursière.

Le processus, officialisé par PPR mardi soir, permettra en effet au groupe propriétaire de Gucci ou de Puma de sortir de ses comptes dès la fin 2012 un actif peu rentable et difficile à vendre.

"PPR est dans une logique d'habillage cosmétique de ses comptes. Il veut pouvoir présenter des chiffres sans gros points noirs", souligne un analyste qui a souhaité garder l'anonymat.

En procédant à une scission suivie d'une cotation, par laquelle les actionnaires de PPR se verront dotés de titres Fnac (des opérations semblables à celles de Carrefour et Dia ou Accor et Edenred) le groupe n'obtient aucun cash.

La logique n'est donc pas celle du désendettement ou de la récupération de cash pour d'éventuelles acquisitions.

De l'avis général, PPR a opté pour ce schéma faute de pouvoir espérer trouver un acheteur pour un groupe en difficulté et dont les perspectives de redressement semblent incertaines compte tenu de la forte dégradation de la consommation en France et en Europe.

Cependant, le calendrier choisi a surpris.

En choisissant de lancer maintenant une opération qui prendra du temps - elle devra être adoptée par les actionnaires de PPR en mai 2013 et passer la rampe des roadshows devant les investisseurs - PPR espère, aux dires de certains analystes, que les premiers signes du plan de redressement de la Fnac puissent séduire les investisseurs.   Suite...

 
<p>Le projet de scission suivie d'une mise en Bourse de la Fnac a &eacute;t&eacute; officialis&eacute; mardi par sa maison m&egrave;re, le groupe de luxe PPR. L'op&eacute;ration est pr&eacute;vue pour 2013. /Photo prise le 9 octobre 2012/REUTERS/Eric Gaillard</p>