La Banque postale AM se lance dans le prêt direct à l'économie

mardi 9 octobre 2012 15h45
 

par Raoul Sachs

PARIS (Reuters) - La Banque postale Asset Management (LBPAM) se lance dans le prêt direct à l'économie, une nouvelle activité pour répondre à une situation nouvelle créée par la crise : des besoins de financement non satisfaits par les banques et des investisseurs à la recherche de rendement dans un environnement de taux très bas.

LBPAM se propose de financer à long terme deux grands domaines d'activité économique en Europe, l'immobilier et les infrastructures, confrontés au resserrement drastique du crédit bancaire depuis la faillite de Lehman Brothers en 2008 et les nouvelles exigences des régulateurs qui s'en sont suivies (Bâle III).

Le comité de Bâle a augmenté le niveau des fonds propres que les banques doivent mettre en réserve pour couvrir le risque lié à l'activité de crédit.

"Il y a un besoin important de financement de l'économie à long terme et des banques qui prêtent moins. L'Asset Management (gestion d'actifs) vient s'insérer dans ce nouveau dispositif", a déclaré Jean-Luc Enguéhard, président du directoire de LBPAM, mardi lors d'un point de presse.

C'est une évolution dans laquelle LBPAM, très investi en obligations corporate et souveraines, compte se développer, a-t-il ajouté.

Parallèlement au resserrement du crédit bancaire, la crise qui sévit depuis cinq ans s'est traduite par des taux d'intérêt tombés à des niveaux extrêmement bas - d'où la recherche par les investisseurs de produits sûrs mais aux rendements supérieurs aux emprunts des Etats les mieux notés.

UN "MOUVEMENT STRUCTUREL"

"Notre conviction est que ce mouvement est structurel et qu'il est appelé à durer", a expliqué René Kassis, directeur de la gestion fonds de dette.   Suite...

 
<p>La Banque postale Asset Management (LBPAM) se lance dans le pr&ecirc;t direct &agrave; l'&eacute;conomie, une nouvelle activit&eacute; pour r&eacute;pondre &agrave; une situation nouvelle cr&eacute;&eacute;e par la crise : des besoins de financement non satisfaits par les banques et des investisseurs &agrave; la recherche de rendement dans un environnement de taux tr&egrave;s bas. /Photo d'archives/REUTERS/R&eacute;gis Duvignau</p>