October 9, 2012 / 11:54 AM / 5 years ago

Eni veut accélérer dans le gaz pour les particuliers en France

4 MINUTES DE LECTURE

PARIS (Reuters) - Eni a annoncé mardi son intention de tripler le nombre de ses clients particuliers dans le gaz en France d'ici à 2016, le groupe italien espérant notamment des gestes du gouvernement pour développer la concurrence sur ce marché.

Eni est entré sur le marché français du gaz pour les particuliers en achetant en 2007 une participation au capital d'Altergaz, fournisseur alternatif à GDF Suez, avant d'en prendre le contrôle fin 2010 et de proposer une nouvelle gamme d'offres sous sa propre marque depuis le 1er octobre.

Le marché du gaz pour les particuliers en France, qui concerne 10,6 millions de foyers, est ouvert à la concurrence depuis juillet 2007.

Mais la part des fournisseurs alternatifs sur ce marché atteignait 10,1% seulement au 30 juin, les rivaux de GDF Suez critiquant en particulier le maintien à des niveaux artificiellement bas des tarifs réglementés appliqués aux clients de l'opérateur historique.

Eni a cependant fait savoir mardi qu'il visait 500.000 clients particuliers en France à fin 2016 contre près de 170.000 actuellement (1,6% de parts de marché).

Il propose notamment des offres à prix fixes pendant trois ans et une formule garantissant une remise de 6% pendant un an par rapport au tarif réglementé.

Ces annonces interviennent alors que le gouvernement envisage de modifier le mode de fixation des tarifs réglementés appliqués aux ménages, en particulier pour ne plus subir les demandes de hausses de GDF Suez.

"La chose la plus importante (pour développer la concurrence), c'est d'avoir un mécanisme de fixation des prix stable et transparent à long terme", a estimé lors d'une conférence de presse Mauro Fanfoni, PDG d'Eni gas and power France.

Interrogé sur l'échéance à laquelle le groupe espérait atteindre le seuil de rentabilité dans le gaz pour les particuliers en France, il a dit : "Avec les niveaux des tarifs réglementés envisagés par les historiques (...), nous aurons très vite de la rentabilité."

"Pour avoir de la rentabilité sur le marché du grand public, il faut aussi avoir un portefeuille bien développé (...) aujourd'hui ce n'est pas encore le cas (...). Avec des tarifs réglementés plus bas, ça serait plus difficile", a cependant ajouté Mauro Fanfoni.

Eni est par ailleurs membre de l'Anode, l'association regroupant les concurrents de GDF Suez qui a obtenu du conseil d'Etat l'annulation d'un gel des tarifs du gaz, fin 2011, décidé par le précédent gouvernement.

Interrogé sur un éventuel nouveau recours de l'Anode, cette fois contre le plafonnement des tarifs survenu fin septembre, Mauro Fanfoni n'a pas souhaité faire de commentaire.

Benjamin Mallet, édité par Gwénaëlle Barzic

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below