PPR réunit son conseil mardi sur sa sortie de la Fnac

lundi 8 octobre 2012 19h23
 

par Pascale Denis et Astrid Wendlandt

PARIS (Reuters) - Le groupe PPR doit présenter mardi les modalités de sa sortie de la Fnac, qu'il projette depuis longtemps pour se concentrer sur des actifs plus rentables et dont le potentiel de croissance est plus important comme le luxe et la mode sportive.

Un conseil d'administration se tiendra mardi "afin d'étudier les options stratégiques concernant la Fnac", a confirmé PPR lundi soir, précisant qu'un communiqué serait diffusé dans la foulée.

Une source proche du dossier avait indiqué dans la matinée à Reuters que le conseil d'administration examinerait mardi un projet de scission de la Fnac, qui serait ensuite présenté aux salariés de l'enseigne.

"Le schéma de sortie n'est pas totalement arrêté, il pourrait s'agir d'une scission ou d'une introduction en Bourse", avait ajouté la source, indiquant que le projet serait soumis aux actionnaires de PPR lors de leur assemblée générale en 2013.

PPR, qui veut se désengager complètement de la distribution, pourrait ainsi déconsolider la Fnac dans ses comptes comme il l'a déjà fait avec l'autre actif qu'il possède dans la distribution, sa filiale de vente à distance Redcats (La Redoute, Cyrillus, VertBaudet) désormais mentionnée "à la vente".

Le scénario d'une scission de la Fnac se ferait sur le modèle de Dia et Carrefour, ou d'Edenred et Accor, soit une scission suivie d'une entrée en Bourse.

Cette solution semble la plus aisée pour PPR car elle s'accompagnerait de moins d'incertitudes étant donné la fragilité actuelle des marchés financiers et le modèle industriel de la Fnac.

L'enseigne vend à la fois des livres et des disques, fragilisés par la dématérialisation des produits culturels, et des produits multimédias pénalisés par le ralentissement de la consommation.   Suite...

 
<p>Les modalit&eacute;s de sortie du groupe PPR de la Fnac seront connues mardi, selon une source proche du dossier. Le propri&eacute;taire des griffes de luxe Gucci, Bottega Veneta, Yves Saint Laurent mais aussi de l'&eacute;quipementier sportif Puma, de Redcats et de la Fnac, souhaite depuis longtemps sortir totalement de la distribution pour se concentrer sur des actifs plus rentables. /Photo prise le 8 octobre 2012/REUTERS/Jacky Naegelen</p>