Les Bourses européennes terminent en nette hausse

vendredi 5 octobre 2012 18h23
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en vive hausse vendredi, les chiffres rassurants de l'emploi aux Etats-Unis l'emportant sur les inquiétudes concernant l'évolution de la crise de la dette en zone euro.

Le taux de chômage a chuté de manière inattendue en septembre aux Etats-Unis, revenant à son niveau d'il y a presque quatre ans. Elément clé de l'élection présidentielle du 6 novembre, il a reculé de 0,3 point pour retomber à 7,8% le mois dernier, a annoncé le département du Travail.

Les Bourses européennes ont bénéficié de cette nouvelle encourageante. À Paris, le CAC 40 a terminé en hausse de 1,64% (55,84 points) à 3.457,04 points et a pris 3,04% sur la semaine. Le Footsie britannique a gagné 0,74% et le Dax allemand 1,27%, tandis que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 prenait 1,03%. La Bourse de Milan a grimpé de 2,35% tandis que celle de Madrid gagnait 1,81%.

Le secteur automobile et les banques, particulièrement sensibles à la santé économique mondiale, ont enregistré les plus forts gains.

L'action EADS a enregistré une hausse de 2,24% à la suite d'informations de presse évoquant un échec des discussions avec BAE Systems (-1,59%) sur leur projet de rapprochement, démenties toutefois par les deux groupes.

Wall Street a également accru ses gains après l'annonce d'un recul du taux de chômage, poussant l'indice Dow Jones à son plus haut niveau depuis cinq ans. Le Dow a atteint un plus haut de séance à 13.661 points, un niveau qu'il n'avait plus côtoyé depuis mi-décembre 2007. Il était redescendu à 13.630 points (+0,39%) à 15h45 GMT.

Le Standard & Poor's et le composite du Nasdaq signent des progressions comparables d'environ 0,30%.

A la baisse, le titre Zynga plongeait en revanche de plus de 18% après avoir revu à la baisse sa prévision 2012 pour la deuxième fois de l'année.

Le dollar reste sous pression face à l'euro mais a atteint un plus haut de deux semaine contre le yen. La monnaie nippone est délaissée par les investisseurs qui craignent que les autorités japonaises interviennent pour la déprécier.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>