Mode: des défilés de haute volée dans un contexte fragile

jeudi 4 octobre 2012 20h31
 

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - Comme galvanisées par l'arrivée de Raf Simons chez Dior et Hedi Slimane chez Saint Laurent, les griffes de luxe ont livré à Paris des collections de haute volée pour le printemps et l'été prochains, dans une atmosphère assombrie par la crise européenne et le ralentissement de l'économie chinoise.

Alors que sur les podiums les marques ont fait preuve d'une réelle créativité mêlée de pragmatisme, pour servir une clientèle devenue planétaire, l'inquiétude dominait chez les acheteurs et les distributeurs.

"L'inquiétude est générale. Les mois qui viennent vont être très difficiles en Europe et le fort ralentissement en Chine inquiète", a déclaré à Reuters Michel Roulleau, directeur général adjoint de la branche grands magasins aux Galeries Lafayette, en charge de la direction commerciale.

Les acheteurs américains et européens sont sur la défensive. L'Italie et l'Espagne sont très négatifs, tandis que les asiatiques achètent "énormément", a-t-il précisé.

Dans les showrooms, qui suivent immédiatement les défilés, les trois quarts des acheteurs viennent d'Asie et leurs commandes sont en forte hausse.

Du côté des griffes, le ralentissement de la croissance en Chine, la crise de la dette en Europe (avec un marché devenu extrêmement difficile en Italie, aux dires des professionnels) et la difficile reprise aux Etats-Unis, laissent entrevoir des jours moins fastes, même si leur croissance reste encore très enviable.

Si un tassement était anticipé, après des records de croissance dépassant souvent les 20% atteints en 2011, il pourrait ainsi être plus marqué que prévu et certaines marques semblent être plus touchées que d'autres.

LES CHINOIS RECHERCHENT UN LUXE PLUS EXCLUSIF   Suite...

 
<p>Mod&egrave;le de la premi&egrave;re collection de Hedi Slimane pour Saint Laurent. Comme galvanis&eacute;es par l'arriv&eacute;e de Raf Simons chez Dior et Hedi Slimane chez Saint Laurent, les griffes de luxe ont livr&eacute; &agrave; Paris des collections de haute vol&eacute;e pour le printemps et l'&eacute;t&eacute; prochains, dans une atmosph&egrave;re assombrie par la crise europ&eacute;enne et le ralentissement de l'&eacute;conomie chinoise. /Photo prise le 1er octobre 2012/REUTERS/Gonzalo Fuentes</p>