Les Bourses européennes terminent en ordre dispersé

mercredi 3 octobre 2012 18h38
 

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont terminé en ordre dispersé mercredi, partagées entre l'espoir de voir une demande de plan de sauvetage de l'Espagne éclaircir un peu l'avenir de la zone euro, et des indicateurs confirmant le ralentissement économique en Europe et en Asie.

Si le Footsie londonien et le Dax allemand ont gagné respectivement 0,28% et 0,22%, le CAC 40 parisien a cédé 0,24% à 3.406,02 points. L'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a également reculé de 0,10%.

La zone euro ne devrait pas renouer avec la croissance avant 2013 au mieux, suggèrent les indices PMI publiés mercredi qui montrent une aggravation de la contraction de l'activité dans les services en septembre.

La Banque asiatique de développement (BAD) a de son côté réduit ses prévisions de croissance pour la plupart des économies émergentes d'Asie en 2012 et 2013, notamment la Chine, du fait du ralentissement de la demande mondiale qui pèse sur leurs exportations.

Dans ce climat morose, les investisseurs se raccrochent à l'espoir de voir l'Espagne solliciter prochainement l'aide de ses partenaires européens, ce qui permettrait à la Banque centrale européenne d'activer le plan de rachat d'obligations dévoilé il y a un mois. L'attente se ressent notamment sur le marché obligataire, qui a très peu bougé ce mercredi.

La pression est d'autant plus forte pour le gouvernement espagnol qu'il voit s'effondrer les recettes de l'impôt sur les sociétés, qui ont chuté des deux-tiers par rapport à leur niveau d'avant-crise.

Mais les négociations entre Bruxelles et Madrid, soucieuse d'éviter des conditions trop strictes, s'annoncent d'autant plus ardues que les autorités de Chypre, autre bénéficiaire d'un plan de sauvetage, ont fait savoir mercredi qu'elles n'accepteraient pas en l'état les termes du plan d'aide et qu'elles entendaient faire des contre-propositions à leurs partenaires européens.

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, s'entretiendra vendredi avec le président du Conseil italien Mario Monti et le président français François Hollande, en marge d'un sommet méditerranéen à Malte.

Le Portugal a annoncé de son côté de nouvelles mesures d'austérité, dont une hausse de 4% de l'impôt sur le revenu, pour tenir les engagements budgétaires liés à son plan de sauvetage en 2013.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DES BOURSES EUROP&Eacute;ENNES</p>