Paris et Berlin se disputent le siège d'EADS/BAE

mardi 2 octobre 2012 20h12
 

par Gernot Heller et Matthias Blamont

BERLIN/PARIS (Reuters) - La France et l'Allemagne se disputent le lieu du siège de l'entité issue d'une éventuelle fusion du groupe européen EADS et du britannique BAE Systems, ont déclaré mardi des sources proches du dossier.

La France penche pour Toulouse, le quartier général d'Airbus, la principale filiale d'EADS, tandis que l'Allemagne privilégie Ottobrun, localité située dans la banlieue sud de Münich où sont également implantés des bureaux du groupe.

Cette question, jugée symbolique par les observateurs, vient s'ajouter aux grandes divergences déjà constatées entre les acteurs du projet de fusion censé donner naissance à un leader mondial de l'aéronautique et de la défense, à même de mieux rivaliser avec l'américain Boeing.

Des sources industrielles avaient déclaré à Reuters ces derniers jours que le président exécutif d'EADS, Tom Enders, souhaitait que les sièges de la nouvelle entité se situent à Toulouse pour les activités civiles et à Londres pour celles de défense.

"Ce n'est que le début. Chacun va au maximum et ensuite on négocie", a dit une source mardi.

De fait, les parties prenantes n'ont plus que huit jours pour se mettre d'accord, à moins qu'elles ne décident de prolonger les discussions.

Elles doivent notamment trancher la répartition de la parité retenue dans le schéma de fusion, actuellement fixée à 60% pour les actionnaires d'EADS et à 40% pour ceux de BAE, la gouvernance du futur groupe et les garanties apportées aux Etats sur l'emploi, le tout sur fond de baisse des budgets de défense en Europe et de récession.

SOUTIEN DE DOHA   Suite...

 
<p>Stand EADS au salon a&eacute;ronautique ILA de Berlin. La France et l'Allemagne ne parviennent pas &agrave; s'entendre sur la future localisation du si&egrave;ge de la nouvelle entit&eacute; qui serait form&eacute;e par la fusion entre EADS et le britannique BAE Systems, selon une source proche du dossier. /Photo prise le 13 septembre 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>