2 octobre 2012 / 08:58 / il y a 5 ans

Mondelez ne voit pas l'appétit des consommateurs diminuer

ZURICH (Reuters) - Mondelez International, le premier fabricant mondial de barres chocolatées, sucreries et biscuits qui vient d’être scindé de Kraft Foods, ne voit pas l‘appétit des consommateurs pour les en-cas diminuer malgré le ralentissement économique mondial.

<p>Mondelez International, le premier fabricant mondial de barres chocolat&eacute;es, sucreries et biscuits qui vient d'&ecirc;tre scind&eacute; de Kraft Foods, ne voit pas l'app&eacute;tit des consommateurs pour les en-cas diminuer malgr&eacute; le ralentissement &eacute;conomique mondial. /photo prise le 30 mai 2012/REUTERS/Aly Song</p>

Mondelez, qui produit notamment les chocolats Cadbury et Milka, fait officiellement ses premiers pas en tant que nouvelle entité ce mardi, Kraft ne commercialisant plus sous son nom propre que les marques spécifiquement nord-américaines.

La séparation des deux sociétés offre aux investisseurs le choix entre le marché en plein développement des en-cas, et les dividendes plus stables du secteur de l’épicerie.

“Il est évident que nous traversons une période difficile en Europe. La bonne nouvelle, c‘est que les gens doivent manger et boire”, a résumé Tim Cofer, directeur de Mondelez Europe, basée à Zurich, lors d‘un entretien téléphonique avec Reuters.

“Le secteur des en-cas croît plus rapidement que les autres produits. Les consommateurs adoptent des modes de vie de plus en plus actifs, et évoluent avec le temps de trois repas fixes vers de multiples en-cas, ou du grignotage entre les repas quand ils n‘ont pas le temps de prendre un vrai repas.”

Mondelez, qui a aussi à son catalogue les biscuits LU et Oreo ou les chewing-gum Trident, génère un chiffre d‘affaires annuel de 36 milliards de dollars (27,9 milliards d‘euros) - dont plus du tiers en Europe - et totalise 100.000 employés dans plus de 80 pays.

Tim Cofer a souligné que la société avait pris des mesures pour enrayer le recul du marché du chewing-gum, conséquence selon lui de la montée du chômage qui pèse sur la consommation de cette gomme mastiquée avec particulièrement d‘ardeur au travail ou sur le chemin du bureau.

“Dans la situation économique actuelle, notamment dans le sud de l‘Europe où le chômage et le chômage des jeunes sont très élevés, l‘impact est perceptible. Je suis néanmoins optimiste pour les innovations que nous mettons au point”, a-t-il dit en évoquant les chewing-gum procurant une haleine fraîche.

Kraft a émis le mois dernier un avertissement sur les résultats 2013 de Mondelez, en raison de la dépréciation d‘un certain nombre de monnaies par rapport au dollar, mais reste confiant dans les bénéfices à moyen terme que devrait générer la séparation d‘activités.

“Les bénéfices de la séparation dépassent les coûts. Ils seront visibles à partir de dans un an”, a assuré Tim Cofer.

Emma Thomasson, Tangi Salaün pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below