Pas de garantie pour les fourneaux de Florange, selon Ayrault

jeudi 27 septembre 2012 22h25
 

par Gilbert Reilhac

FLORANGE, Moselle (Reuters) - Le Premier ministre français, Jean-Marc Ayrault, a déclaré jeudi soir qu'il ne pouvait pas garantir le maintien des deux hauts-fourneaux de Florange, en Moselle, menacés de fermeture par ArcelorMittal, mais il a réaffirmé la détermination du gouvernement à trouver un repreneur industriel.

Le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, avait annoncé auparavant aux salariés du site que le gouvernement était entré "en conflit" avec le sidérurgiste indien, qui refuse de redémarrer ces deux hauts fourneaux.

L'enjeu est de convaincre le président du groupe, Lakshmi Mittal, d'accepter la reprise de la phase à chaud de Florange - les hauts fourneaux et l'aciérie qui les accompagne.

Paris exige également qu'ArcelorMittal investisse 150 millions d'euros sur cinq ans dans la phase à froid de Florange, où s'opère la transformation de l'acier, afin de permettre cette reprise, a dit le ministre devant des syndicalistes mitigés.

Invité de l'émission "Des paroles et des actes" sur France 2, Jean-Marc Ayrault a confirmé que telle était la stratégie de son gouvernement. Mais prié de dire s'il pouvait garantir la survie des hauts fourneaux, il a répondu : "Ça, je ne peux pas le dire (...) parce que ça ne serait pas honnête."

"On va d'abord chercher un repreneur, ensuite on prendra nos responsabilités", a ajouté le Premier ministre, qui a souligné que ce type de problème ne se posait pas uniquement à Florange.

Pour faire face à ce type de situation, le président du groupe socialiste à l'Assemblée, Bruno Le Roux, a préparé en liaison avec le gouvernement une proposition de loi pour obliger toute société désireuse de se débarrasser d'une usine à chercher un repreneur plutôt que de fermer le site - une promesse faite par le président François Hollande pendant la campagne présidentielle.

"Le groupe socialiste va déposer la semaine prochaine ce texte et le gouvernement est prêt à l'inscrire à l'ordre du jour", a ajouté le Premier ministre.   Suite...

 
<p>LE SITE DE FLORANGE</p>