Le budget 2013 en Espagne privilégie la baisse des dépenses

jeudi 27 septembre 2012 21h05
 

par Andrés González

MADRID (Reuters) - Le gouvernement espagnol a annoncé jeudi un calendrier détaillé de réformes économiques et un projet de budget privilégiant la baisse des dépenses, une démarche qui vise aux yeux des observateurs à anticiper sur les conditions d'une aide financière extérieure.

Les dépenses des ministères seront réduites de 8,9% l'an prochain et les traitements des fonctionnaires seront gelés pour la troisième année consécutive afin de réduire le déficit budgétaire, l'un des plus élevés de la zone euro rapporté au poids de l'économie.

"Il s'agit d'un budget de crise qui vise à sortir de la crise (...) Dans ce budget, l'ajustement des dépenses est supérieur à celui des revenus", a déclaré la vice-présidente du gouvernement, Soraya Saenz de Santamaria, lors d'une conférence de presse à l'issue d'un conseil des ministres qui aura duré six heures.

Confronté ces derniers jours à des manifestations contre l'austérité et aux menaces de sécession de la Catalogne, une région qui pèse 20% de l'économie du pays, le chef du gouvernement, Mariano Rajoy, continue de résister à certains de ses partenaires européens et aux marchés qui le pressent de solliciter une aide de l'Europe.

Le gouvernement a assuré que les recettes fiscales dépasseraient cette année les prévisions initiales, en partie grâce au relèvement de trois points de la TVA entré en vigueur au début du mois, et qu'elles augmenteraient de 3,8% l'année prochaine.

Les dépenses de l'Etat, elles, devraient diminuer de 7,3% tandis que ses recettes augmenteraient de 4%, là encore en grande partie grâce à la TVA.

Madrid devrait préciser son projet samedi avant de le transmettre au parlement.

43 RÉFORMES PROMISES   Suite...

 
<p>Le ministre espagnol de l'Economie Luis de Guindos en conf&eacute;rence de presse &agrave; Madrid. Le gouvernement espagnol a annonc&eacute; jeudi un calendrier d&eacute;taill&eacute; de r&eacute;formes &eacute;conomiques et un projet de budget pour 2013 privil&eacute;giant la baisse des d&eacute;penses, une d&eacute;marche qui vise aux yeux des observateurs &agrave; anticiper sur les conditions d'une aide financi&egrave;re ext&eacute;rieure jug&eacute;e de plus en plus probable. Les d&eacute;penses des minist&egrave;res seront notamment amput&eacute;es de 8,9% l'an prochain. /Photo prise le 27 septembre 2012/REUTERS/Sergio Perez</p>