September 26, 2012 / 1:37 PM / 5 years ago

L'EuroStoxx 50 pourrait gagner 3% au 4e trimestre

4 MINUTES DE LECTURE

<p>L'indice EuroStoxx 50 des principales valeurs de la zone euro devrait cro&icirc;tre de 3% lors des trois derniers mois de l'ann&eacute;e apr&egrave;s les mesures annonc&eacute;es par les banques centrales pour soutenir la croissance et endiguer la crise, selon un sondage trimestriel men&eacute; par Reuters. /Photo d'archives/Lucas Jackson</p>

par Alexandre Boksenbaum-Granier et Blandine Hénault

PARIS (Reuters) - L'indice EuroStoxx 50 des principales valeurs de la zone euro devrait croître de 3% lors des trois derniers mois de l'année après les mesures annoncées par les banques centrales pour soutenir la croissance et endiguer la crise.

Le sondage trimestriel mené par Reuters auprès d'une cinquantaine d'analystes et de gérants de fonds sur la semaine écoulée montre que l'EuroStoxx 50 devrait atteindre 2.650 points d'ici fin décembre, contre 2.568,48 points mardi à la clôture et 2.316,55 points en fin d'année dernière, soit un gain de 14% sur l'année.

Lors de la précédente enquête, les analystes avaient dit anticiper 2.370 points pour l'indice en fin d'année.

Depuis, la BCE s'est engagée à acheter, si nécessaire et sous conditions, un montant illimité d'obligations souveraines sur le marché secondaire et la Fed a accepté d'acheter pour 40 milliards de dollars (31 milliards d'euros) de dette immobilière par mois, rassurant les investisseurs.

"L'élément extrêmement favorable est la fin de la crise de l'euro, avec une BCE jouant et assumant enfin le rôle de prêteur en dernier ressort et le projet d'union bancaire, qui revient à dissocier les risques bancaires et souverains", explique François Chevallier, stratégiste à la Banque Leonardo.

Depuis que le président de la BCE Mario Draghi s'est engagé fin juillet à faire tout ce qui est possible pour soutenir la zone euro, les banques de la région ont gagné 48%, contre un gain de 19% pour l'EuroStoxx 50.

"En revanche, la conjoncture restera morose partout dans le monde du fait des restrictions budgétaires, continuant de brider la remontée des actions", nuance François Chevallier.

Les résultats d'entreprises devraient pâtir de la détérioration de l'environnement macroéconomique, les analystes du consensus Thomson Reuters I/B/E/S anticipant une baisse de 4,2% des bénéfices par action cette année pour les valeurs de l'EuroStoxx 50.

Autre élément qui sera surveillé, la présidentielle américaine et les discussions des autorités sur la situation budgétaire des Etats-Unis, les allègements fiscaux mis en oeuvre sous l'administration Bush arrivant à leur terme et plusieurs coupes budgétaires étant attendues dès janvier prochain.

"Les marchés actions devraient être marqués par la proximité de la falaise budgétaire (fiscal cliff) aux USA : quelles réponses vont être apportées et quel sera le timing pour la fin de ces mesures", prévient Alain Zeitouni, directeur de la gestion Multi-Actifs chez Russell Investments France.

"L'administration Obama ou Romney aura la difficile responsabilité de devoir trancher entre soutien à la croissance et réduction du déficit budgétaire, ce qui devrait animer les marchés sur les six prochains mois", estime-t-il.

Les analystes et les gérants espèrent néanmoins que la faiblesse des valorisations permettra d'attirer les investisseurs, le ratio cours sur bénéfice de l'EuroStoxx 50 pour les 12 prochains mois étant de 10,1, contre plus de 12 en 2007, et près de 40% des sociétés composant l'indice affichant une capitalisation inférieure à leur valeur comptable.

Avec Blaise Robinson, édité par Dominique Rodriguez

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below