Sous pression, l'Espagne avance lentement vers une aide

mercredi 26 septembre 2012 21h23
 

par Julien Toyer et Fiona Ortiz

MADRID (Reuters) - Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a fait mercredi un petit pas de plus vers une demande officielle d'aide financière, au lendemain de manifestations marquées par des violences à Madrid et tandis que les craintes d'une sécession de la Catalogne refont surface.

Alors qu'il résistait jusqu'à présent aux appels de certains de ses partenaires européens, français et italiens notamment, à solliciter sans plus attendre un plan d'aide à l'Etat espagnol, les derniers événements pourraient contraindre Mariano Rajoy à franchir le pas.

"Nous savons ce que nous avons à faire, et nous le faisons", a-t-il dit mercredi à New York lors d'une intervention devant le forum de l'Americas Society. "Nous savons également que cela suppose beaucoup de sacrifices répartis (...) équitablement à travers la société espagnole."

Son gouvernement doit dévoiler jeudi son projet de budget pour 2013, censé convaincre les autres pays de la zone euro et les investisseurs que Madrid fait tout son possible pour réduire ses déficits malgré une récession prolongée et un chômage record.

Les chiffres publiés mardi suggèrent que l'Espagne ne parviendra pas à ramener ses déficits publics à 6,3% du produit intérieur brut (PIB) cette année, celui du seul Etat central sur les huit premiers mois de l'année atteignant 4,77%, soit plus que son objectif annuel.

Mercredi la banque centrale espagnole a annoncé que le PIB devrait avoir reculé d'environ 0,4% au troisième trimestre, un chiffre proche du celui du deuxième.

En dévoilant dès à présent des réformes douloureuses, Mariano Rajoy espère les faire accepter moins difficilement par ses concitoyens que si elles étaient imposées de l'extérieur dans le cadre d'un plan d'aide, comme en Grèce.

Ainsi, en 2013, le gouvernement gèlera les salaires des fonctionnaires mais réintégrera certaines primes supprimées en 2012 et il limitera les embauches dans la fonction publique, a-t-on appris mercredi de deux sources syndicales.   Suite...

 
<p>Au lendemain de manifestations marqu&eacute;es par des violences &agrave; Madrid, le pr&eacute;sident du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a franchi mercredi un petit pas de plus vers une demande officielle d'aide financi&egrave;re. /Photo prise le 25 septembre 2012/REUTERS/Susana Vera</p>