CGGVeritas rachète la division Géoscience du néerlandais Fugro

lundi 24 septembre 2012 11h54
 

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - CGGVeritas a annoncé lundi l'acquisition de la division Géoscience du groupe néerlandais d'ingénierie Fugro pour un montant brut de 1,2 milliard d'euros, une transaction destinée à profiter de la reprise du marché de la prospection marine mais sanctionnée à la Bourse de Paris.

L'opération, dont le montant est payable en numéraire, devrait être réalisée d'ici la fin de l'année, être relutive dès 2013 et permettre de dégager un cash flow plus régulier car moins dépendant des cycles d'activité, a précisé le spécialiste français des services et équipements géophysiques pour l'industrie pétrolière.

"Il s'agit pour nous d'une opération majeure, de nature à transformer notre société, à la faire évoluer, à la faire grandir pour devenir une société de géoscience bien équilibrée entre les équipements destinés à l'exploration d'une part, et ceux destinés à la production d'autre part", a déclaré Jean-Georges Malcor, directeur général de CGGVeritas, au cours d'une téléconférence.

Grâce à Fugro Géoscience, CGGVeritas augmentera d'un tiers son chiffre d'affaires, puisque le chiffre d'affaires proforma de la future entité atteint 4,2 milliards de dollars (3,25 milliards d'euros) sur la base des chiffres de 2011, contre 3,2 milliards de dollars pour CGGVeritas seul.

"(Elle) nous permet de nous renforcer considérablement dans nos coeurs de métier (...) en particulier en marine avec un accès immédiat à des navires de haut de gamme alors que le marché est en phase de reprise", a ajouté Jean-Georges Malcor.

CGGVeritas, a-t-il dit, entend ainsi cesser dans un avenir proche de faire construire de nouveaux bateaux. L'opération lui permet aussi de se renforcer sur le segment en fort développement des données sismiques.

Un temps réservée à la baisse, l'action CGGVeritas a chuté de 12% dans les premières cotations. A 11h30, elle perdait encore 7% à 23,99 euros, signant la plus forte baisse de l'indice SBF 120 (-1,15%).

"L'annonce de ce matin devrait entraîner une réaction négative du marché et le titre pourrait subir d'importants dégagements en raison de l'augmentation de capital", a commenté Franklin Pichard, directeur de Barclays Bourse.   Suite...