Les risques pour Boeing d'une fusion EADS-BAE Systems

dimanche 23 septembre 2012 17h35
 

par Andrea Shalal-Esa et Alwyn Scott

(Reuters) - Lors d'une remise de prix organisée en avril, Boeing a mis à l'honneur 14 "fournisseurs de l'année", parmi lequel figurait en bonne place BAE Systems, le groupe de défense britannique actuellement en discussions en vue d'une fusion avec EADS, maison mère d'Airbus, concurrent frontal du géant américain dans l'aéronautique civile.

"Nous sommes heureux qu'ils (les 14 fournisseurs) fassent partie de notre équipe", avait dit à l'époque Jim McNerney, directeur général de Boeing.

L'association entre l'une des principaux partenaires industriels de Boeing et l'un de ses plus féroces compétiteurs pourrait bouleverser la donne dans le secteur de l'aéronautique et la défense, qui représente des centaines de milliards de dollars par an.

Un groupe issu d'une fusion entre EADS et BAE Systems afficherait plus de 72 milliards d'euros de chiffre d'affaires sur la base des résultats 2011, dépassant ainsi Boeing, tout en affichant une répartition plus équilibrée entre activités civiles et militaires.

Le jour même de l'annonce des discussions en vue d'une fusion, le 12 septembre, Jim McNerney, a dit qu'il ne considérait pas que la nouvelle entité qui naîtrait de la fusion représente une réelle menace, ajoutant que c'était l'illustration de début d'une phase de consolidation mondiale.

Mercredi, le dirigeant des activités défense de Boeing a cependant estimé qu'une fusion entre BAE et EADS soulèverait des questions de sécurité nationale mais aussi industrielles et devrait de ce fait être examinée de près par les régulateurs.

CRAINTES DES PARTENAIRES DE BAE SYSTEMS

Des dirigeants d'entreprises qui travaillent en collaboration avec BAE redoutent de perdre l'accès à des documents du Pentagone jugés sensibles si le département d'Etat de la Défense décidait de ne plus communiquer certaines données au groupe britannique.   Suite...

 
<p>VERS UNE FUSION D'EADS ET DE BAE ?</p>