Les valeurs suivies à la clôture de la Bourse de Paris

jeudi 20 septembre 2012 18h40
 

PARIS (Reuters) - Les valeurs du jour jeudi à la Bourse de Paris qui a clôturé en baisse dans un marché inquiet des perspectives de l'économie après la publication d'indicateurs signalant une contraction de l'activité en Chine, dans la zone euro et aux Etats-Unis.

Le CAC 40 a perdu 0,62% à 3.509,92 points.

* Les poids lourds de la cote, dont les financières et des cycliques, ont été les principaux contributeurs à la baisse du CAC à la veille de l'expiration des contrats à terme et options sur indices boursiers : TOTAL (-1,59% à 40,81 euros), BNP PARIBAS (-1,54% à 38,915 euros), SOCIÉTÉ GÉNÉRALE (-2,26% à 23,555 euros) et LVMH (-1,08% à 124,0 euros).

* PEUGEOT (-3,29% à 6,639 euros), VALLOUREC (-2,89% à 36,85 euros), RENAULT (-2,12% à 39,1 euros) et SocGen ont accusé les plus fortes baisses du CAC 40.

* En tête du CAC 40, LAFARGE a gagné 1,44% à 43,01 euros, l'action du numéro un mondial du ciment étant entrée dans une configuration technique haussière depuis qu'elle a franchi les 40 euros le 7 septembre.

* ACCOR s'est classé derrière et a grimpé de 1,25% à 26,830 euros, à l'image de l'ensemble du secteur européen du transport et des loisirs (+0,97%), première hausse sectorielle.

* De son côté, AIR FRANCE-KLM a signé la plus forte hausse du SBF 120 (+3,85% à 4,753 euros). Le titre affiche une progression de plus de 14% depuis la publication de ses chiffres de trafic pour le mois d'août le 7 septembre dernier.

* EADS, dont le projet de fusion avec BAE est actuellement examiné par les gouvernements français, allemand et britannique, a progressé de 1,17% à 25,935 euros, profitant de la baisse de l'euro qui est passé sous 1,30 dollar.

* PAGESJAUNES (-5,49% à 1,531 euro) a accusé la plus forte baisse du SBF 120, reculant pour la deuxième séance consécutive après l'abaissement jeudi par Moody's de sa note, de B2 à B3. L'agence estime que le processus de modification et d'extension de la dette dure trop longtemps et exprimé ses craintes sur le refinancement de la dette, à échéance 2013.   Suite...

 
<p>LA CL&Ocirc;TURE DE LA BOURSE DE PARIS</p>