Succès des adjudications espagnole et française

jeudi 20 septembre 2012 14h08
 

par Nigel Davies et Raoul Sachs

MADRID/PARIS (Reuters) - L'Espagne a émis jeudi 4,8 milliards d'euros de dette, dont 3,9 milliards d'euros de sa nouvelle obligation à trois ans et 859 millions d'euros de dette à 10 ans dans de bonnes conditions.

Des professionnels estiment que l'attrait du trois ans confirme que le marché s'attend à ce que Madrid demande formellement l'aide du Mécanisme européen de stabilité (MES) qui lui ouvrirait les portes du nouveau programme de la Banque centrale européenne (BCE) d'achat de dette souveraine (OMT, Opérations monétaires sur titres) des pays en difficulté.

La BCE a fait savoir que ces achats, sur le marché secondaire, porteraient sur des titres de maturité maximum de trois ans. Le gouvernement espagnol s'est jusqu'ici montré réticent à franchir cette étape.

La France de son côté a émis sans difficulté 7,965 milliards d'euros de dette moyen terme (BTAN), dont 3,165 milliards d'euros du BTAN de référence à deux ans (0,75% septembre 2014), à un taux moyen historiquement bas de 0,2%, battant un précédent record (0,54%) enregistré lors d'une adjudication en juin.

Le montant servi s'inscrit dans le haut de la fourchette (7 à 8 milliards d'euros) annoncée et le ratio de couverture (montant demandé/montant servi) est ressorti à 2,4.

Le Trésor espagnol s'est financé à trois ans au taux moyen de 3,845%, soit 9 points de base au-dessus du taux de marché, mais nettement en-dessous des plus hauts qui ont précédé les déclarations du président de la BCE Mario Draghi cet été.

Le président de la BCE avait déclenché une détente le 26 juillet en prévenant que la BCE ferait tout pour sauver la zone euro et réduire les écarts excessifs de taux.

PRIME AU TROIS ANS   Suite...

 
<p>L'Espagne a &eacute;mis jeudi 4,8 milliards d'euros de dette, dont 3,9 milliards d'euros de sa nouvelle obligation &agrave; trois ans et 859 millions d'euros de dette &agrave; 10 ans dans de bonnes conditions. /Photo d'archives/REUTERS/Andrea Comas</p>