19 septembre 2012 / 22:23 / il y a 5 ans

Noyer dit que le nouveau plan de la BCE produira vite ses effets

<p>Selon Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, le nouveau programme de rachats d'obligations souveraines de la Banque centrale europ&eacute;enne (BCE) pourrait ne plus &ecirc;tre n&eacute;cessaire d'ici quelques ann&eacute;es. Le gouverneur de la Banque de France estime que le nouveau plan de la BCE produira rapidement ses effets. /Photo prise le 20 avril 2012/REUTERS/Yuri Gripas</p>

FRANCFORT (Reuters) - Le nouveau programme de rachats d‘obligations souveraines de la Banque centrale européenne (BCE) pourrait ne plus être nécessaire d‘ici quelques années, a déclaré Christian Noyer, membre du conseil des gouverneurs de la BCE, qui estime que l‘ampleur du plan calmera les marchés financiers.

Ce plan, annoncé le 6 septembre par la BCE, a renforcé la conviction des intervenants des marchés que les responsables européens finiront par venir à bout de la crise de la dette.

Tous les yeux sont désormais tournés vers l‘Espagne. Pour que le programme “Opérations monétaires sur titres” soit activé, il faut que Madrid fasse officiellement une demande d‘aide internationale.

Certains détails du programme ne sont pas encore connus, notamment sa durée et les sommes que devra dépenser la BCE. On ne sait pas non plus si l‘institution de Francfort a prévu d‘interrompre ses rachats de titres si un pays aidé prend du retard par rapport à ses engagements.

Dans un entretien publié jeudi par le Frankfurter Allgemeine Zeitung, Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, estime que le nouveau plan de la BCE produira rapidement ses effets.

“Il s‘agit d‘une arme de prévention. Elle sera peut-être mise à l’épreuve et nous n‘hésiterons pas à l‘employer pour montrer notre détermination. Les marchés comprennent très vite qu‘ils ne peuvent pas gagner contre la BCE”, dit-il.

“J‘espère que le programme aura rapidement un impact. Je serais surpris si un tel programme devait encore être en place d‘ici quelques années, même s‘il n‘est pas utilisé.”

Christian Noyer ajoute que la BCE cesserait instantanément ses achats d‘obligations si le Fonds monétaire international (FMI) et les Etats de la zone euro arrivaient à la conclusion qu‘un Etat aidé ne remplissait pas toutes les conditions justifiant une intervention de la BCE sur le marché obligataire.

“Nous n‘hésiterons pas à arrêter immédiatement les achats si le programmes MES (Mécanisme européen de stabilité, le fonds d‘urgence de la zone euro) n‘est pas scrupuleusement suivi”, souligne-t-il.

Eva Kühnen, Benoit Van Overstraeten pour le service français

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below