Angela Merkel invite à se hâter lentement pour l'union bancaire

lundi 17 septembre 2012 16h50
 

par Noah Barkin et Stephen Brown

BERLIN (Reuters) - La chancelière allemande Angela Merkel a jugé lundi "improbable" qu'un superviseur bancaire unique soit opérationnel en Europe dès le 1er janvier, estimant qu'il importait d'abord d'asseoir la crédibilité de la réforme.

Lors de sa traditionnelle conférence de presse de rentrée, différée cette année dans l'attente du verdict de la Cour constitutionnelle allemande sur le nouveau Mécanisme européen de stabilité (MES), la chancelière a aussi exprimé son soutien à la politique de rachats d'obligations souveraines par la Banque centrale européenne.

L'annonce de la BCE, l'avis favorable de la cour de Karlsruhe au MES et la victoire des libéraux pro-européens aux élections législatives néerlandaises ont soulagé les marchés, permettant à l'euro de revenir à son meilleur niveau depuis mai face au dollar.

Angela Merkel est du coup apparue détendue à sa conférence de presse, répondant pendant une heure et demi aux questions des journalistes.

Elle a apporté un soutien remarqué à son ministre des Finances Wolfgang Schäuble, qui, pendant le week-end, a relativisé la perspective de voir la BCE assumer dès janvier son nouveau rôle de superviseur unique pour les banques de la zone euro.

"La question n'est pas de faire quelque chose le plus vite possible qui, au bout du compte, ne marchera pas; c'est de regagner la crédibilité", a-t-elle dit.

Elle a ainsi jugé "assez improbable" que la nouvelle autorité soit opérationnelle dès le 1er janvier, estimant qu'il valait mieux aller "un peu plus lentement" pour assurer qu'elle soit de "haute qualité".

SOUTIEN À LA BCE   Suite...

 
<p>A Berlin, lors de sa traditionnelle conf&eacute;rence de presse de rentr&eacute;e, la chanceli&egrave;re allemande Angela Merkel a jug&eacute; "improbable" qu'un superviseur bancaire unique soit op&eacute;rationnel en Europe d&egrave;s le 1er janvier, mettant en garde contre une mise en oeuvre trop h&acirc;tive de la r&eacute;forme. /Photo prise le 17 septembre 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>