September 14, 2012 / 3:13 PM / in 5 years

L'Inde ouvre ses portes aux chaînes de supermarchés étrangères

3 MINUTES DE LECTURE

<p>Dans un supermarch&eacute; de Bombay. L'Inde a ouvert ses fronti&egrave;res aux cha&icirc;nes de supermarch&eacute;s &eacute;trang&egrave;res vendredi, apr&egrave;s des mois d'h&eacute;sitation, engageant une des r&eacute;formes les plus audacieuses du gouvernement de Manmohan Singh pour tenter de revitaliser l'&eacute;conomie chancelante du pays. /Photo prise le 16 mars 2012/Vivek Prakash</p>

NEW DELHI (Reuters) - L'Inde a ouvert ses frontières aux chaînes de supermarchés étrangères vendredi, après des mois d'hésitation, engageant une des réformes les plus audacieuses du gouvernement de Manmohan Singh pour tenter de revitaliser l'économie chancelante du pays.

Des groupes de distribution mondiaux comme Wal-Mart auront le droit d'ouvrir des magasins, avec un partenaire local, et de vendre directement aux consommateurs, pour la première fois dans l'histoire de l'Inde. Selon ses partisans, cette réforme pourrait transformer ce marché, qui représente 450 milliards de dollars, tout en freinant l'inflation.

Le Premier ministre a également donné son aval à une politique d'ouverture des compagnies aériennes du pays aux investissements étrangers et de cession de participations au capital des grandes entreprises contrôlées par l'Etat.

L'incapacité du gouvernement ces derniers mois à engager de grandes réformes et à limiter les dépenses de l'Etat, alors que la croissance ralentit fortement, menace de faire de l'Inde le premier des grands pays émergents ("BRICS") à voir la note de sa dette ramenée au rang de "dette spéculative" ("junk").

Le Premier ministre Manmohan Singh est reconnu comme l'économiste qui a ouvert l'économie indienne dans les années 1990, mais depuis son entrée en fonction il y a huit ans, il a repoussé toute décision économique difficile.

Singh devra faire preuve de détermination et bénéficier du soutien de Sonia Gandhi, dirigeante du Parti du Congrès au pouvoir, s'il veut résister au vent de protestations, tant de ses alliés que des partis d'opposition, contre les réformes, accusées de détruire des emplois et de faire monter les prix.

L'ouverture sur le marché de la grande distribution avait été annoncé l'an dernier mais de violentes protestations avaient obligé le gouvernement à mettre la réforme en suspens.

Satarupa Bhattacharjya, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

0 : 0
  • narrow-browser-and-phone
  • medium-browser-and-portrait-tablet
  • landscape-tablet
  • medium-wide-browser
  • wide-browser-and-larger
  • medium-browser-and-landscape-tablet
  • medium-wide-browser-and-larger
  • above-phone
  • portrait-tablet-and-above
  • above-portrait-tablet
  • landscape-tablet-and-above
  • landscape-tablet-and-medium-wide-browser
  • portrait-tablet-and-below
  • landscape-tablet-and-below