COR-Projet de fusion avec BAE pénalise les actionnaires d'EADS

vendredi 14 septembre 2012 16h45
 

Correction. Bien lire au 5e paragraphe que la parité citée par l'analyste Oddo Securities est 65-35.

par Blandine Hénault

PARIS (Reuters) - Le projet de fusion entre EADS et BAE Systems suscite doutes et questionnements chez les analystes du secteur, qui jugent la parité envisagée très favorable au groupe britannique et soulignent l'aspect destructeur de valeur pour les actionnaires du groupe européen d'aéronautique et de défense.

EADS et BAE ont dit envisager que les actionnaires d'EADS aient des droits sur 60% d'un futur groupe combiné et ceux de BAE 40%. Les analystes interrogés par Reuters estiment cette parité trop favorable à BAE compte tenu des perspectives beaucoup plus positives sur le titre EADS.

L'action EADS reprenait vendredi 1,5% à 25,5 euros vers 14h00, après avoir chuté de 15,2% lors des deux dernières séances au cours desquelles le groupe a perdu 3,7 milliards d'euros de capitalisation boursière.

"La baisse des deux derniers jours s'explique par l'ajustement des parités", explique un analyste spécialiste de la valeur au sein d'une banque.

Pour Yan Deroclès, analyste sur la valeur chez Oddo Securities, "la parité 65-35 se justifie si l'on regarde les résultats des deux sociétés attendus pour 2013. En revanche, sur un horizon à 4-5 ans, en prenant en compte l'accélération de la génération de cash d'EADS, la parité ressort plutôt à 75-25".

"La répartition retenue de l'actionnariat de la nouvelle entité ne prend pas suffisamment en compte l'évolution nettement plus favorable de l'activité et de la profitabilité d'EADS", répond aussi CM-CIC Securities.

"UNE VISION DE TRÈS LONG TERME"   Suite...

 
<p>VERS UNE FUSION D'EADS ET DE BAE ?</p>