EADS-BAE ou la quête forcée d'un équilibre défense-civil

jeudi 13 septembre 2012 15h35
 

par Victoria Bryan et Maria Sheahan

BERLIN (Reuters) - Les discussions en vue d'une fusion entre le britannique BAE Systems et EADS, maison mère d'Airbus, illustre l'appétit croissant des fabricants d'équipement militaire pour les marchés civils, conséquence de la baisse des budgets de la Défense.

Les deux sociétés ont annoncé mercredi que leurs discussions étaient à un stade avancé, même si une éventuelle fusion risque de se heurter à de nombreux obstacles.

Un rapprochement entre EADS et BAE constituerait une petite révolution pour le secteur européen de l'aéronautique et de la défense alors que les entreprises du secteur s'interrogent sur les moyens de compenser la baisse des dépenses militaires.

"Le secteur militaire n'est pas pourvoyeur de croissance en ce moment. Les budgets de l'armée ne vont pas augmenter ces deux prochaines années", a relevé Egon Behle, président du directoire du fabricant de moteurs d'avions MTU Aero Engines, lors du salon aéronautique de Berlin.

Ce marasme dans le secteur de la défense contraste avec la forte augmentation des commandes d'avions commerciaux. Airbus s'attend à ce que les compagnies aériennes mondiales achètent pour 4.000 milliards de dollars (3.100 milliards d'euros) de nouveaux appareils pendant les vingt prochaines années pour répondre à la croissance des marchés émergents et s'équiper de modèles consommant moins de kérosène.

La glissement du militaire au civil est déjà perceptible chez des sociétés comme MTU Aero Engines ou le fournisseur allemand Diehl, qui a développé son offre commerciale grâce à des acquisitions.

LOGIQUE INDUSTRIELLE

"Le monde a bien changé pour les sociétés d'armement", a soupiré mercredi Claus Günter, directeur du secteur Défense de Diehl, alors que son homologue de Diehl Aerosystems rapportait un chiffre d'affaires multiplié par quatre et une hausse de 50% du rythme de production dans son domaine d'activité.   Suite...

 
<p>Stand EADS au salon a&eacute;ronautique ILA de Berlin. Les discussions en vue d'une fusion entre le britannique BAE Systems et EADS, maison m&egrave;re d'Airbus, illustre l'app&eacute;tit croissant des fabricants d'&eacute;quipement militaire pour les march&eacute;s civils, cons&eacute;quence de la baisse des budgets de la D&eacute;fense. /Photo prise le 13 septembre 2012/REUTERS/Tobias Schwarz</p>