La zone euro ne renouera pas avec la croissance avant 2013

mercredi 12 septembre 2012 15h46
 

par Andy Bruce

LONDRES (Reuters) - Les espoirs de voir la zone euro renouer avec la croissance cette année se sont évanouis et les économistes interrogés par Reuters anticipent maintenant une reprise, modeste, en 2013.

L'enquête réalisée auprès de quelque 70 experts a été effectuée avant l'annonce, mercredi, du feu vert de la Cour constitutionnelle allemande au nouveau fonds de sauvetage de la zone euro, essentiel pour surmonter la crise de la dette.

Pour autant, l'embellie sur le front économique se fera attendre. Le produit intérieur brut de la zone euro s'est contracté de 0,2% au deuxième trimestre et une baisse de même ampleur est attendue au troisième trimestre, selon l'estimation moyenne des économistes.

Ce nouveau trimestre de contraction de l'activité serait synonyme de récession pour la zone euro. Le PIB serait ensuite stable au quatrième trimestre puis progresserait de 0,2% sur les trois premiers mois de 2013.

"Il faudra attendre 2014 pour voir la croissance renouer avec son potentiel", estime Peter Vanden Houte, chef économiste pour la zone euro chez ING à Bruxelles.

La conjoncture déprimée devrait inciter la Banque centrale européenne a réduire son taux directeur à 0,5% d'ici la fin de l'année, contre 0,75% actuellement, anticipent les économistes qui, en majorité, voient cet assouplissement en octobre.

Ceux de Citigroup et JP Morgan vont plus loin encore et estiment que le taux refi pourrait être abaissé à 0,25% avant la fin 2012.

En attendant, la BCE a annoncé jeudi dernier un programme de rachat de dette souveraine à destination des pays ayant des difficultés à se refinancer. De nouvelles mesures d'assouplissement quantitatif sont par ailleurs attendues de la part de Réserve fédérale américaine, dès cette semaine, puis de la Banque d'Angleterre en novembre.   Suite...

 
<p>Les espoirs de voir la zone euro renouer avec la croissance cette ann&eacute;e se sont &eacute;vanouis et les quelque 70 &eacute;conomistes interrog&eacute;s par Reuters anticipent maintenant une reprise, modeste, en 2013. /Photo d'archives/REUTERS/Ralph Orlowski</p>