Londres méfiant vis-à-vis d'une union bancaire sous BCE

lundi 10 septembre 2012 23h30
 

par Huw Jones

LONDRES (Reuters) - Les précautions proposées par Bruxelles pour empêcher une BCE omnipotente de faire la pluie et le beau temps dans le secteur bancaire au-delà de la zone euro ne satisferont sans doute ni la Grande-Bretagne ni d'autres pays de l'Union européenne qui ont boudé la monnaie unique.

L'Union européenne va devoir batailler ferme des semaines durant avant qu'une union bancaire ne place les banques des 17 pays de la zone euro sous la tutelle de la BCE l'an prochain, donnant à l'institut d'émission de nouvelles prérogatives sans précédent.

La Grande Bretagne, premier centre financier de l'UE, craint que cette BCE sur-vitaminée ne veuille imposer sa volonté régulatrice à l'ensemble des Vingt-Sept.

Londres préfère voir le pouvoir délégué à l'Autorité bancaire européenne (ABE), un organisme chapeautant l'ensemble des banques de l'UE et basé à Londres, et souhaite qu'on circonscrive la BCE de façon à ce qu'elle n'influence pas le processus de prise de décision de l'ABE.

La Commission européenne, qui doit publier ses propositions d'union bancaire mercredi, propose de tels garde-fous, selon un document dont Reuters a eu connaissance. Mais selon une source proche des Britanniques, on peut douter que cela suffise à apaiser Londres.

La CE propose ainsi que deux des six membres du conseil de l'ABE, qui établit les règles pour l'ensemble de l'UE, soient des pays de l'UE n'ayant pas adopté l'euro.

Un nouvel organe d'"experts indépendants", pourrait en outre soumettre des recommandations sur les décisions de l'ABE en cas d'urgence ou d'infraction aux règles. Ces recommandations seraient contraignantes à moins que l'ABE ne les invalide à l'occasion d'un vote auquel participeraient trois membres hors zone euro.

Néanmoins, la BCE pourrait toujours coordonner le vote des Dix-Sept en leur nom, lui donnant un pouvoir que la Grande-Bretagne et d'autre pays de l'UE hors zone euro risquent de trouver insupportable, de l'avis d'experts de la réglementation bancaire.   Suite...

 
<p>Les pr&eacute;cautions propos&eacute;es par Bruxelles pour emp&ecirc;cher une BCE omnipotente de faire la pluie et le beau temps dans le secteur bancaire au-del&agrave; de la zone euro ne satisferont sans doute ni la Grande-Bretagne ni d'autres pays de l'Union europ&eacute;enne qui ont boud&eacute; la monnaie unique. /Photo prise le 6 septembre 2012/REUTERS/Alex Domanski</p>