L'économie selon Hollande face au test du marché et de l'opinion

lundi 10 septembre 2012 16h31
 

par Jean-Baptiste Vey et Catherine Bremer

PARIS (Reuters) - François Hollande affrontera dans les prochaines semaines le double test des marchés financiers et de l'opinion publique, qui jaugeront à travers le budget 2013 la crédibilité de sa stratégie économique à un moment où la croissance se dérobe.

Le président français espère réduire les déficits tout en ménageant la croissance, une gageure alors que de nombreux partenaires commerciaux de la France mènent des politiques de rigueur. Un voeu pieu selon plusieurs économistes.

Cruciale pour la France, l'issue de ce test de crédibilité pourrait en outre conforter - ou faire dérailler - la détente observée sur les marchés vis-à-vis de l'Espagne et de l'Italie depuis que la Banque centrale européenne a promis son soutien.

Pour conserver la faveur des investisseurs et consolider sa relation avec Berlin, François Hollande a écarté les appels à desserrer l'étau budgétaire, et a répondu dimanche à une interrogation en abaissant la prévision de croissance économique du gouvernement pour 2013.

La prévision qui figurera dans le projet de budget 2013 présenté le 28 septembre sera "sans doute 0,8%", a-t-il dit. Un chiffre nettement inférieur à la précédente prévision (+1,2%), mais qui reste supérieur aux attentes des économistes.

Les consensus réalisés durant l'été font état de prévisions de croissance moyennes à 0,5% ou 0,6% pour 2013, mais plusieurs économistes interrogés depuis prévoient une croissance nulle l'an prochain.

Quant à l'optimisme de François Hollande, qui a laissé entendre qu'après deux ans de difficultés (2013 et 2014), la France connaîtra une embellie, il n'est guère partagé.

"C'est une plaisanterie !", a dit George Magnus, économiste chez UBS. "Si c'est le principal message (...), je crois que c'est vraiment illusoire, que c'est complètement irréaliste."   Suite...

 
<p>Fran&ccedil;ois Hollande, sur le plateau de TF1. Le chef de l'Etat affrontera dans les prochaines semaines le double test des march&eacute;s financiers et de l'opinion publique, qui jaugeront &agrave; travers le budget 2013 la cr&eacute;dibilit&eacute; de sa strat&eacute;gie &eacute;conomique &agrave; un moment o&ugrave; la croissance se d&eacute;robe. /Photo prise le 9 septembre 2012/REUTERS</p>